La STO permettra à ses employés d'assister à un spectacle de l'humoriste Réal Béland, au Cégep de l'Outaouais, samedi prochain. Une initiative qui coûtera 18000$.

La STO paiera 18000$ pour faire rire ses employés

La Société de transport de l'Outaouais (STO) dépensera 18000$ pour permettre à ses employés d'assister à un spectacle de l'humoriste Réal Béland, au Cégep de l'Outaouais, samedi prochain.
Au moment où elle est critiquée sévèrement par certains groupes de citoyens en raison des ratés du système Rapibus, la STO juge qu'il n'y a rien de répréhensible à faire une telle dépense. Selon la porte-parole de la STO, Céline Gauthier, la société de transport organise tous les ans des activités de reconnaissance afin de souligner le travail des employés et leur permettre de se rencontrer en dehors des heures de travail.
«Ça fait partie des valeurs de notre organisation et ça se fait dans plusieurs entreprises. L'an dernier, nous avions dépensé 23000$ pour une série d'activités internes qui avaient duré une semaine. Cette année, nous avons fait des compressions budgétaires un peu partout, incluant dans notre programme de reconnaissance et nous avons jugé qu'une soirée, à laquelle une grande majorité de nos780 employés pourrait participer, est la meilleure solution. Comme nous ne pouvons pas les rassembler dans nos locaux, faute d'espace, nous avons loué cette salle et organisé ce spectacle», a expliqué Mme Gauthier.
Un «investissement»
La direction de la STO croit fermement qu'une dépense de 18000$, qui représente 0,02% du budget total de 102 millions de dollars, est un investissement.
«C'est un investissement parce que ça motive les gens et aide à réduire l'absentéisme. Cette année, nous voulons souligner le travail accompli par notre personnel avant la mise en service du Rapibus. Beaucoup de gens ont fourni un effort supplémentaire, souvent sans compter leurs heures, pour préparer la mise en service du Rapibus et nous tenons à le souligner», d'ajouter la porte-parole de la STO.
Le maire de Gatineau et président de la STO, Maxime Pedneaud-Jobin, était toujours en vacances, vendredi, et n'était donc pas en mesure de commenter. La conseillère municipale Denise Laferrière, qui est membre du conseil d'administration de la STO depuis deux mois, n'était pas au courant de l'existence de cette soirée de reconnaissance, mais elle n'y voit rien de mal. «Nous avons une soirée semblable pour les employés de la Ville, car il est emportant de souligner les bons coups de nos employés», de dire Mme Laferrière.