Le comptoir St-Vincent de Paul dit devoir retirer ses bacs de dons sur le territoire de la municipalité en raison du nombre élevé de déchets abandonnés autour de ces boîtes.

La St-Vincent de Paul retire ses boîtes de dons

Les changements à la gestion des déchets encombrants de la Ville de Gatineau continuent d’alimenter les débats, près d’un an plus tard. Le comptoir St-Vincent de Paul dit devoir retirer ses bacs de dons sur le territoire de la municipalité en raison du nombre élevé de déchets abandonnés autour de ces boîtes.

Le secrétaire-trésorier de l’organisme, Germain Mathieu, explique qu’il devenait trop coûteux de ramasser et transporter ces déchets dans un centre de transbordement de la Ville de Gatineau.

« Ça coûte assez cher, dit-il. On nous laisse de vieux matelas et toutes sortes d’autres cochonneries et on doit nettoyer autour des boîtes. »

Cette obligation remonte à l’adoption d’un règlement en 2018 pour encadrer la présence de boîtes de dons sur le territoire de la Ville et s’assurer que les biens donnés par des citoyens soient bien remis à un organisme à but non lucratif (OBNL).

Selon M. Mathieu, depuis la réduction du nombre de collectes de déchets encombrants l’été dernier, le nombre d’ordures qui sont abandonnées près de ces boîtes de dons est en hausse fulgurante.

Des bacs appartenant au comptoir St-Vincent de Paul ont déjà été retirés. Ceux qui ne le sont pas encore disparaîtront au cours des prochaines semaines.

Germain Mathieu souligne toutefois que l’organisme continuera d’accueillir les dons à son centre situé au 102, rue Eddy. Ces locaux sont ouverts sept jours sur sept.

Gratuité pour les trieurs

La conseillère du Plateau et présidente de la Commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement, Maude Marquis-Bissonnette, rappelle qu’à la suite de critiques l’été dernier, la Ville avait instauré la gratuité pour les OBNL dans ces centres de transbordement.

Mme Marquis-Bissonnette précise cependant que pour que les frais soient balayés, les OBNL doivent trier les déchets avant leur arrivée au centre de transbordement.

La conseillère du district Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Louise Boudrias, estime que la Ville doit « continuer la mise en place de son Plan de gestion des matières résiduelles », mais qu’il faut trouver des solutions pour diminuer le fardeau imposé aux OBNL.

Mme Boudrias estime que la disparition de ces boîtes de dons nuit à l’atteinte des objectifs de la Ville pour la réduction de la production de déchets, en plus de diminuer les services aux personnes dans le besoin. Elle ajoute qu’il faut faire plus que sensibiliser les Gatinois aux façons appropriées de se départir de déchets encombrants.

« Il va toujours y avoir des délinquants, affirme Louise Boudrias. Il faut que la Ville puisse soutenir ces organismes. »