Les élus devront voter sur la possibilité de tenir un référendum pour le projet Bloome le 27 août prochain.

La porte ouverte à un référendum pour le projet Bloome

Tout semble indiquer que le projet Bloome du groupe Kevlar pourrait faire l’objet d’un référendum. Les élus seraient appelés à voter sur cette possibilité dès le retour des vacances estivales, lors de la séance du conseil municipal du 27 août prochain.

Le promoteur devra toutefois avoir préalablement accepté de soumettre son projet au vote populaire. « Il n’y a que deux options, rappelle le conseiller du quartier, Cédric Tessier. Ou le projet est bloqué, ou on va en référendum. Ce sera avant tout la décision du promoteur, mais moi je suis prêt à aller en référendum si c’est la direction qu’il souhaite prendre. C’est la ville qui devra payer. »

Lors de son bilan, vendredi, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a lui aussi ouvert la porte à la tenue d’un référendum.

À LIRE AUSSI: Des nouvelles priorités de fin de mandat pour Gatineau

>> Vers un référendum pour Bloome

>>>> Le projet immobilier Bloome en danger

« On va prendre tous les moyens possibles à notre disposition pour que ce projet-là puisse voir le jour, a-t-il dit. C’est de la hauteur à la bonne place. J’ai vraiment un très grand malaise que 26 personnes puissent bloquer un tel projet. Il y a là un déficit démocratique. Je crois profondément au droit des citoyens de pouvoir bloquer des projets, sinon ils n’ont pas de pouvoir réel pour influencer des projets. Mais ce cas est un exemple de dérive de cette mécanique, quand la zone visée est trop petite, ça devient antidémocratique. »

La dernière fois qu’il s’est prononcé sur cette question, le promoteur du projet, René Bellerive, a affirmé que ce n’était pas dans les plans de soumettre son projet à un référendum. Le Droit a tenté en vain de le joindre, vendredi.

Le 26 juin dernier, 38 résidents de l’immeuble Blackburn, sur le boulevard Saint-Joseph, ont signé un registre pour bloquer le projet Bloome. Un contre-registre a ensuite été signé par 68 personnes du même immeuble.

Un total de 75 signatures étaient toutefois nécessaires pour bloquer le registre. Si un référendum devait avoir lieu cet automne au sujet du Bloome, 148 personnes seraient appelées à voter. La majorité simple l’emportera.