Sylvie Goneau, Denis Tassé et Maxime Pedneaud-Jobin

La parole aux candidats

Pour cette dernière journée de campagne électorale, Le Droit a invité les trois principaux candidats à la mairie de Gatineau à écrire, dans leurs mots, les raisons qui les amènent à briguer les suffrages, et à résumer leurs principaux engagements de campagne. Chaque candidat devait respecter une longueur maximale de 200 mots. Nous reproduisons ici les textes qu’ils nous ont envoyés.

Sylvie Goneau

Vous savez, avant d’entreprendre de nouveaux défis, je m’assure toujours de bien comprendre les enjeux, d’avoir toutes les compétences et surtout, une vision. Je me prépare depuis longtemps pour répondre aux exigences et faire avancer notre ville. Il est temps de construire une ville unie, à votre image, avec une mairesse capable de travailler avec TOUS les membres du conseil municipal. Comme vous, je rêve d’une ville dynamique, propre, qui répond à vos besoins et surtout, qui donne les services de base auxquels vous vous attendez. Je vous offre un leadership transparent, imputable et accessible. Je suis à votre écoute depuis huit ans et je sais comment traduire vos rêves et vos besoins en actions. Vous demandez notamment des taxes qui respectent votre capacité de payer, des rues réparées et nettoyées, un déneigement efficace, un YMCA, un marché public régional et un meilleur service de la STO. Je suis prête à dédier les huit prochaines années de ma vie, soit deux mandats, à vous servir comme mairesse. Je serai présente 365 jours (ou presque), sept jours sur sept, pour profiter de chaque moment, de chaque défi, en votre compagnie. Ce dimanche, voter Goneau pour Gatineau, c’est une bonne décision!

Maxime Pedenaud-Jobin

Depuis quatre ans, on a ramené beaucoup de fierté à Gatineau. On parle de nous plus que jamais, notre centre-ville revit. Pour la première fois, on a construit une vraie relation avec la Ville d’Ottawa, autant en transport qu’en développement économique. Nous avons mené une campagne positive et avons dicté le rythme en prenant plusieurs engagements pour notre Ville : faire traverser le train léger vers Gatineau, rendre nos pistes cyclables plus sécuritaires et les relier les unes aux autres, aménager de nouveaux parcs et des espaces verts, améliorer la qualité de vie des familles et des aînés, poursuivre la relance du centre-ville et revitaliser les anciens centres-villes, continuer à investir massivement dans les infrastructures, maintenir notre position de leader en matière d’environnement et continuer de faire rayonner Gatineau. Nous sollicitons votre appui pour mettre en oeuvre ces projets. Pour y arriver, il faut se donner un conseil municipal qui y croit et qui les appuiera pour les réaliser. Les candidates et les candidats de notre équipe sont des gens dévoués, ancrés dans leur communauté et motivés à livrer les engagements pour leur quartier. Ils veulent travailler de façon positive et constructive pour leur Ville.

Denis Tassé

Je suis fier d’avoir prouvé que j’étais réellement à l’écoute des besoins de la population de Gatineau : 100 % des grandes priorités de mon programme électoral se retrouvent en tête de liste des priorités des citoyennes et des citoyens de Gatineau. La population a été claire, elle en a assez des hausses de taxes de 2,5 % et plus.  Mon engagement de limiter la hausse de taxes à 1,5 % pour 2 ans est la meilleure proposition. Pour les services de proximité, encore une fois les trois priorités pour les citoyens sont identiques à mon programme: le pavage de nos rues de quartier, le transport en commun et le déneigement. La population de Gatineau veut développer son centre-ville.  Je suis le seul candidat qui a une vision concrète du centre-ville avec la rue Laurier comme axe touristique majeur, la désignation de parc urbain du ruisseau de la Brasserie et 18 millions d’investissements, incluant le sentier culturel. J’invite la population qui désire un changement de leadership à la mairie à se rendre voter le 5 novembre pour que je ramène un sain climat de travail dans tous nos départements à la ville. Vous avez un choix. Avançons ensemble.

Propos recueillis par Mathieu Bélanger, Le Droit