La Ville de Gatineau distribue gratuitement du compost produit à partir des déchets organiques de ses citoyens.

La moitié du compost a trouvé preneur à Gatineau

Le retour de la distribution gratuite de compost après deux ans d’absence n’a pas été un succès retentissant le printemps dernier, à Gatineau. Seulement 210 des 420 tonnes commandées ont trouvé preneur auprès des citoyens. Malgré cela, la Ville conservera la même formule de distribution ce printemps et se donne une autre année pour revoir la façon d’organiser l’activité.

Le service de l’environnement a expliqué aux élus, mardi, que les inondations printanières et le peu de visibilité médiatique précédant l’activité pourraient en partie expliquer le manque d’intérêt de la population. 

Seulement 1734 citoyens se sont déplacés dans l’un des quatre sites aménagés par la Ville pour aller recevoir leur compost. Deux fois plus de participants étaient attendus. Le compost restant a été distribué aux jardins communautaires et aux horticulteurs de la Ville. 

La mesure d’un peu plus de 33 000 $ avait fait l’objet d’un débat lors de l’étude du budget 2018. Des élus avaient alors proposé de réfléchir à une nouvelle façon de distribuer le compost aux citoyens. Le service de l’environnement a cependant opté pour l’ancienne formule au printemps 2019. Il vient d’être officiellement mandaté pour analyser ce qui avait été soulevé à l’automne 2017, à savoir la possibilité de faire concorder la distribution du compost avec une ou plusieurs activités organisées par la Ville. 

«Le service de l’environnement a beaucoup de travail sur sa table et on parle ici d’une petite activité, une des plus petites du service, a rappelé le président du comité exécutif, Cédric Tessier. Il y a eu dans tout ça la tornade de 2018 et les inondations de 2019. Les équipes qui devaient travailler sur ce projet moins prioritaire n’ont pas pu le faire, mais on se croise les doigts pour qu’on puisse se pencher sur ce scénario dans la prochaine année.»

La plupart des conseillers ont réaffirmé leur appui à l’activité de distribution gratuite de compost. Les conseillers Jean-François LeBlanc et Marc Carrière ont toutefois rappelé que ce programme avait été aboli afin de réaliser des économies. «Je pense qu’on s’éloigne de ce qu’on devrait faire comme ville», a indiqué M. Carrière. Quant à M. LeBlanc, l’implication de transport par camion et la production de gaz à effet de serre qui en découle le font se questionner sur la pertinence de l’activité.