Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

«La menace n’est pas encore écartée»: rencontres de la Sécurité publique pour les sinistrés gatinois [VIDÉO]

Même si « la menace n’est pas encore écartée » pour les sinistrés des inondations qui frappent Gatineau, les premières étapes du rétablissement sont annoncées, à commencer par deux séances d’information du ministère de la Sécurité publique.

Dans un état de situation dressé mardi après-midi, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a été clair sur l’importance de ne pas toucher aux digues. Malgré les « signes encourageants » des derniers jours, le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais prévoit que le niveau de l’eau remontera dans le secteur Aylmer, sans toutefois atteindre la pointe observée la semaine dernière. Dans l’est de la ville, la baisse pourrait être freinée par les précipitations de 25 à 35 millimètres de pluie attendues jeudi et vendredi. Une légère augmentation pourrait aussi y être observée.

« C’est pour ça que nous, on va rester vigilants, a mentionné M. Pedneaud-Jobin. On n’enlèvera aucune digue. Le niveau de mobilisation de la Ville reste complet, parce que les facteurs qui menacent encore sont les mêmes que depuis quelques jours, c’est-à-dire les quantités de précipitations qui pourraient être beaucoup plus grandes que prévu et la chaleur dans le nord. On sent la fin, mais la menace n’est toujours pas écartée. »

Jusqu’à présent, 2068 sinistrés provenant de 986 ménages se sont inscrits auprès de la Ville. Même si plusieurs sont encore loin de penser au rétablissement, le ministère de la Sécurité publique (MSP) se prépare à répondre à leurs questions.

Le maire Pedneaud-Jobin a annoncé que le MSP tiendra deux séances d’information sur son programme d’aide financière, les 21 et 22 mai au centre sportif, sur le boulevard de la Gappe. La Société de transport de l’Outaouais offrira un service de navette à partir des zones sinistrées.

Des employés du service d’urbanisme de la Ville seront aussi sur place, tout comme des représentants de partenaires comme la Croix-Rouge, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, Hydro-Québec et Gazifère.

Tout en se disant satisfait des mesures mises en place jusqu’à présent par le MSP, Maxime Pedneaud-Jobin persiste à dire que la « présence physique » des fonctionnaires provinciaux à Gatineau sera « essentielle pour la suite des choses ».

« Il faut qu’on traite les gens avec plus d’humanisme que la dernière fois, insiste-t-il. Il faut que les gens aient un contact direct avec les fonctionnaires qui peuvent répondre à leurs questions. »

Le MSP commencera des rencontres individuelles avec les sinistrés dès le 22 mai dans des locaux temporaires, à l’aréna Campeau. Le MSP s’y installera pour quatre jours, mais la Ville est prête à lui accorder plus de temps au besoin.

Patience

Le maire invite par ailleurs les résidents des zones touchées à faire preuve de patience par rapport aux rues fermées à la circulation, car le « processus de rétablissement » s’annonce plus long qu’en 2017. « On ne sait pas avec quelle rapidité on va être capable de faire ça, parce que l’eau va avoir été plus longtemps en place », a-t-il expliqué, en ajoutant que la Ville s’assure que la sécurité passe « avant tout ».

Les autorités municipales savent déjà qu’un ponceau de la rue Notre-Dame devra être remplacé, tandis que des travaux doivent être effectués sur la rue Sanscartier en raison d’un affaissement de la chaussée. Pour le reste, des tests de portance devront être réalisés, de sorte que la réouverture de l’ensemble des rues fermées « pourrait s’échelonner sur plusieurs semaines ».