Une quarantaine de logements à prix abordable ont d'ailleurs été inaugurés cette semaine dans le secteur Hull. 
Une quarantaine de logements à prix abordable ont d'ailleurs été inaugurés cette semaine dans le secteur Hull. 

La Ligue des droits et libertés lance une «mission d’observation d’urgence» à Gatineau

La situation «particulièrement dramatique» du logement qui sévit à Gatineau et les démantèlements à répétition par la Ville du campement du ruisseau de la Brasserie au cours des dernières semaines poussent la Ligue des droits et libertés (LDL) à lancer une mission d’observation d’urgence en Outaouais.

La LDL a annoncé, vendredi, qu’elle mandatait François Saillant, l’ancien coordonnateur du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), pour mener à bien cette mission d’observation d’urgence. Le rapport de mission doit être rendu public à l’automne prochain. 

«Gatineau est la ville au Québec ou le recours au logement d’urgence, voire à l’abri d’urgence, est complètement disproportionné par rapport à la population, explique Lucie Lamarche, porte-parole de la LDL. Autant de gens pendant aussi longtemps pris à habiter dans un motel, on ne voit pas ça ailleurs au Québec. Il faut expliquer pourquoi le droit au logement est si souvent violé à Gatineau. Il y a clairement quelque chose de dramatique qui se passe chez vous, quelque chose qu’on ne voit pas ailleurs dans la province.» 

La mission d’observation de François Saillant le mènera à entrer en contact avec les différents acteurs impliqués dans la question du logement, à savoir la Ville de Gatineau, les gens à la recherche de logements, ceux qui sont en attente de logement, les représentants de l’Office d’habitation de l’Outaouais et les organismes communautaires du territoire.

La LDL n’est pas sans savoir que les inondations de 2017 et 2019, en plus de la tornade de 2018, ont donné un dur coup au parc de logements abordables de Gatineau. La situation frontalière, l’augmentation des prix des loyers et les coûts de construction plus élevés qu’ailleurs font aussi partie du portrait. La LDL veut cependant savoir pourquoi les différentes politiques publiques n’arrivent pas à avoir les impacts voulus à Gatineau.

«Il y a vraiment une urgence, insiste Mme Lamarche. Il y a un problème de politique publique quand des gens sont pris pour ériger un campement dans une ville avec autant de ressources que Gatineau. Comment se fait-il que Gatineau ait pu atteindre un tel niveau de vulnérabilité dans son respect du droit au logement? Il semble y avoir une confusion entre le droit au logement et l’abri d’urgence. Il y a une telle pression à Gatineau qu’on est presque rendu à dire qu’un abri dans un hôtel va suffire au respect du droit au logement. Dans les faits, une telle situation ne répond pas aux principes du droit au logement.»

Les démantèlements à répétition du campement du ruisseau de la Brasserie ont été une source de tension entre les organismes et la Ville de Gatineau dans les dernières semaines. «Agir ainsi quand on n’a pas de plan B à offrir est contraire aux droits des gens qui y habitent, note Mme Lamarche. Ailleurs au pays, les tribunaux ont interdit ce type de démantèlement quand ces abris sont de dernier recours.»