L'exposition MosaïCanada a déjà attiré près de 500 000 personnes.

La lenteur du projet Place des festivals dénoncée

Alors que Maxime Pedneaud-Jobin se réjouit des succès de foule que remportent les activités sur le territoire de Gatineau cet été, le conseiller Maxime Tremblay dénonce la lenteur à laquelle avance le projet Place des festivals à la Commission de la capitale nationale (CCN) et le peu de pression politique exercée par le maire dans ce dossier.
« Quel été extraordinaire nous avons, a lancé le maire de Gatineau au terme du comité exécutif, mercredi. MosaïCanada est rendu à 500 000 visiteurs, Volta et AGWÀTÀ auront été à guichet fermé et le Festival de l'humour a fait salle comble. On a une vision assez claire et on voit que ce qu'on fait fonctionne cet été. On n'a jamais eu un centre-ville aussi actif. Des projets dont on parlait depuis des années ont été concrétisés. »
Le maire reconnaît que le parc Jacques-Cartier est un « élément extrêmement important » pour la capacité de Gatineau à offrir de l'événementiel sur son territoire. C'est d'ailleurs le mandat que souhaite jouer la corporation Place des festivals, mais le parc appartient à la CCN et elle n'entend pas en céder la gestion.
« Il y a eu plusieurs rencontres avec la CCN, relate le maire Pedneaud-Jobin. Elle a fait beaucoup de propositions pour mettre le parc en valeur. Ça avance et c'est très positif. »
Le conseiller et coprésident du comité du 150e, Maxime Tremblay, n'est pas du tout du même avis. « Nous n'avons pas avancé depuis plus d'un an dans ce projet, dit-il. Il faut avancer. » Ce dernier pointe à la fois la CCN et le maire du doigt pour le peu de développement dans le projet Place des festivals. 
« Je regarde le programme d'Action Gatineau et Place des festivals n'est pas du tout une priorité, dit-il. On en parle rarement même si nous avons une représentation au conseil d'administration de la CCN. Je m'attends à ce qu'on défende ce projet très fort. C'est la CCN qui décide, mais des pressions politiques doivent se faire. »
MosaïCanada en 2018
M. Pedneaud-Jobin a affirmé que des pourparlers entre plusieurs partenaires ont déjà commencé afin de voir comment une partie de l'exposition florale MosaïCanada pourrait demeurer au parc Jacques-Cartier une année supplémentaire. « Il faut aussi voir si on peut faire quelque chose avec les structures pendant l'hiver », dit-il. 
M. Tremblay prévient que si ces négociations devaient échouer, Gatineau va « manquer le bateau » en 2018 puisqu'il est selon lui déjà trop tard pour prévoir autre chose.