Les citoyens qui se mobilisent depuis des mois pour la protection de la forêt Deschênes à l’angle du boulevard Lucerne et du chemin Fraser peuvent crier victoire.
Les citoyens qui se mobilisent depuis des mois pour la protection de la forêt Deschênes à l’angle du boulevard Lucerne et du chemin Fraser peuvent crier victoire.

La forêt Deschênes est sauvée

Les citoyens qui se mobilisent depuis des mois pour la protection de la forêt Deschênes à l’angle du boulevard Lucerne et du chemin Fraser peuvent crier victoire. Les élus municipaux qui avaient autorisé sa vente, plus tôt ce printemps, ont tous changé leur fusil d’épaule, mardi, en annulant définitivement le processus et en choisissant de protéger intégralement le boisé.

Le conseil a ainsi adopté à l'unanimité la recommandation déposée par le maire Maxime Pedneaud-Jobin et le conseiller Mike Duggan à cet effet. «C’est rare qu’une ville a la possibilité de poser un geste aussi concret pour la protection de l’environnement, a souligné, plus tôt en après-midi, le conseiller Cédric Tessier. Je crois qu’on doit saisir cette occasion.»

Le président du conseil, Daniel Champagne, a qualifié d’«impressionnant» le mouvement citoyen qui s’est mis en branle dans ce dossier. «Ça nous a forcés à la réflexion, a-t-il reconnu. Nous devions prendre ce message en considération. Ne pas le faire n’aurait pas été responsable.»

Blondin agacé

La mobilisation citoyenne n’a cependant pas été saluée par tous. Le conseiller Jocelyn Blondin n’a pas caché son agacement face à l’acharnement des citoyens à vouloir tout mettre en oeuvre pour forcer le conseil à revoir sa décision. «Je n’ai pas apprécié du tout de recevoir autant de courriels, a-t-il affirmé. C’était au point où j’ai arrêté d’y répondre. Être envahi comme ça, je n’ai vraiment pas apprécié. C’était de la pollution par courriel.»

Le président du conseil, Daniel Champagne, a qualifié d’«impressionnant» le mouvement citoyen qui s’est mis en branle dans le dossier de la forêt Deschênes.

Enjeu financier

Plusieurs élus, dont Gilles Carpentier, Pierre Lanthier et Louise Boudrias ont cependant souligné que l’abandon du processus de vente de ce terrain pose un nouveau problème à la Ville. La vente de la forêt Deschênes devait servir à financer l’achat du terrain dans le Plateau qui doit accueillir le futur complexe multiglaces de l’ouest.

«C’est d’une extrême importance pour moi qu’il n’y ait aucun impact de cette décision sur le contribuable, a insisté M. Carpentier. Le maire devra trouver l’argent ailleurs.» La conseillère Boudrias a aussi appuyé la protection du boisé, mais a rappelé qu’il manque maintenant 8 millions $ pour financer l’achat du terrain du futur complexe multiglaces. «Il faudra trouver une solution», a-t-elle insisté.

Le maire Pedneaud-Jobin a précisé que l’administration a déjà reçu le mandat de trouver de nouvelles options de financement. Elles seront analysées à l’automne, lors de l’étude du budget 2021.