La CCN pourrait devenir propriétaire du pont Alexandra.

La CCN deviendrait l’unique propriétaire des cinq ponts interprovinciaux

EXCLUSIF / Une gigantesque transaction qui représenterait des centaines de millions de dollars, voire des milliards, est actuellement en élaboration dans les bureaux du gouvernement fédéral. Le Droit a appris que Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) tente de se départir de ses trois ponts enjambant la rivière des Outaouais entre Gatineau et Ottawa. Ces propriétés fédérales seraient refilées progressivement à la Commission de la capitale nationale (CCN) qui deviendrait éventuellement propriétaire et responsable de l’ensemble des cinq ponts interprovinciaux dans la région de la capitale.

Ce transfert de propriété est dans les cartons du gouvernement fédéral depuis belle lurette, mais ne s’est jamais concrétisé. Les négociations entre SPAC et la CCN se seraient toutefois intensifiées au cours de la dernière année. Les deux organisations confirment que de telles discussions ont présentement cours, mais elles assurent qu’aucune décision n’a « encore été prise » à ce sujet. SPAC possède actuellement les ponts Cartier-MacDonald, des Chaudières et Alexandra, tandis que la CCN est propriétaire des ponts Champlain et du Portage.

Le pont Cartier-MacDonald

Des sources au sein de l’appareil gouvernemental parlent d’un plan de transition qui pourrait s’étendre sur environ dix ans. SPAC aurait aussi la volonté de léguer à la CCN des infrastructures en bon état. Des travaux de réfection devraient d’abord être réalisés avant d’officialiser les transferts de propriété.

Pas de décision finale

« L’état actuel des infrastructures dans la région force le gouvernement à entreprendre des discussions quant aux opérations et à la maintenance à long terme des infrastructures, précise le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et Approvisionnement Canada, et député de Gatineau, Steven MacKinnon. Les discussions sont entamées. Depuis 1983 que le gouvernement du Canada a comme politique de transférer ses actifs dans les mains de son opérateur le plus logique. C’est quelque chose qu’on a relancé avec la CCN à la lumière de l’avenir du pont Alexandra et de l’état des autres ponts. On va regarder ça infrastructure par infrastructure. Tout sera négocié. On doit s’assurer des budgets et des ressources humaines pour assurer ce mandat, c’est un incontournable. »

Le pont Champlain

Le gestionnaire principal aux communications stratégiques à la CCN, Jean Wolff, assure que tout est encore « hypothétique », même si, dit-il, « il est vrai qu’au fil des dix dernières années, pour des raisons d’efficacité, de planification budgétaire et de gestion, l’idée d’avoir une seule administration responsable des cinq ponts a été examinée de concert par le personnel responsable des ponts dans chacune des organisations ». Il ajoute qu’à sa connaissance, « aucune décision n’a encore été prise ».

Après cinq jours d’attente et plusieurs relances de la part du Droit, une porte-parole de SPAC a pour sa part répondu qu’« à l’heure actuelle, le gouvernement du Canada n’a pas encore apporté de changements à la gestion des ponts interprovinciaux ».

Le pont des Chaudières

Recadrer le leadership

L’intensification des pourparlers pour conclure cette importante transaction survient alors que les villes de Gatineau et d’Ottawa déploient de plus en plus d’efforts pour tenter de planifier, ensemble, le transport entre leurs agglomérations respectives. La planification du transport interprovincial est cependant la responsabilité du gouvernement fédéral, même si le leadership semble peu à peu lui échapper dans ce dossier depuis que les maires Pedneaud-Jobin et Watson ont décidé de prendre les choses en mains.

D’après la Loi sur la capitale nationale (qui n’est pas très claire à ce sujet), la CCN serait l’organisation désignée pour assumer le leadership dans la planification des transports interprovinciaux. En étant propriétaire de seulement deux des cinq ponts interprovinciaux, la CCN n’a toutefois jamais été en mesure de pleinement assumer ce mandat. En transférant tous ses ponts interprovinciaux à la CCN, le gouvernement fédéral verrait, selon nos informations, une occasion de reprendre le rôle qui lui revient et de le jouer pleinement.

Le pont du Portage