La légende du grand Jos Montferrand s’est une fois de plus enflammée dans le Vieux-Hull. Il a cependant fallu prendre l’expression au pied de la lettre, mardi, puisque les pompiers de Gatineau ont été appelés sur le site où repose sa statue, sur la rue Montcalm.
La légende du grand Jos Montferrand s’est une fois de plus enflammée dans le Vieux-Hull. Il a cependant fallu prendre l’expression au pied de la lettre, mardi, puisque les pompiers de Gatineau ont été appelés sur le site où repose sa statue, sur la rue Montcalm.

Jos Montferrand a eu chaud!

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
La légende du grand Jos Montferrand s’est une fois de plus enflammée dans le Vieux-Hull. Il a cependant fallu prendre l’expression au pied de la lettre, mardi, puisque les pompiers de Gatineau ont été appelés sur le site où repose sa statue, sur la rue Montcalm.

Il s’agissait en fait d’un «incendie» contrôlé par l’artiste qui doit refaire une beauté à l’imposante structure métallique offerte à la Ville de Gatineau à la fin de l’exposition de mosaïcultures au parc Jacques-Cartier, en 2018.

Cette structure était recouverte de fleurs depuis deux étés, mais la mine déconfite du grand Jos, au printemps, a convaincu la Ville que cette statue devait retrouver un éclat permanent. En 2018, le conseil municipal a refusé d’intégrer de manière récurrente au budget une dépense annuelle de 70 000 $ pour conserver l’oeuvre en mosaïcultures.

Elle a octroyé un contrat de 35 000 $ à l’artiste visuel Jean-Yves Vigneau, qui a entrepris cette semaine de retirer les végétaux morts restés accrochés à la grille grand format.

C’est pourquoi l’artiste a fait brûler des plantes mortes sur l’imposante structure pour la nettoyer.

La Ville de Gatineau a octroyé un contrat de 35 000 $ à l’artiste visuel Jean-Yves Vigneau, qui a entrepris cette semaine de retirer les végétaux morts restés accrochés à Jos Montferrand.

Les pompiers de Gatineau se sont rendus sur les lieux pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un réel sinistre.

Lors du passage du Droit, mardi après-midi, Jean-Yves Vigneau aidait le géant de l’Outaouais à enfin se rafraîchir, éteignant le petit brasier avec un boyau d’arrosage.

La tête de Jos, décrochée pendant les travaux, sera bientôt remise sur ses larges épaules.

L’oeuvre restaurée sera intégrée au Sentier culturel. Le lancement de l’édition 2020 est prévu sous peu.

Au mois de juin, Le Droit écrivait que le service des communications de la Ville de Gatineau ne donnait pas de délais sur les changements apportés à la statue. «Selon les informations obtenues par Le Droit, écrivait-on le mois dernier, l’enrobage de fleur qui définissait la sculpture sera complètement retiré, ainsi que le terreau qui se trouve à l’intérieur.