De nombreux élus se sont déplacés pour confirmer un financement de 13,9 millions $ pour des travaux sur le chemin Pink et le boulevard De La Vérendrye. Derrière le podium, le député de Pontiac, William Amos, parle au nom du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

Investissement confirmé pour Pink et De La Vérendrye

Ce qui est de notoriété publique depuis la mi-mars a été confirmé par Québec et Ottawa, jeudi matin. Des travaux attendus depuis plusieurs années sont en voie de se réaliser sur le chemin Pink et le boulevard De La Vérendrye.

Après des années de discussions entre la Ville de Gatineau, le gouvernement du Québec et le fédéral, 13,9 millions $ seront déboursés afin de financer l’élargissement d’une section du chemin Pink et les activités préparatoires en vue d’élargir et prolonger le boulevard De La Vérendrye.

De 2018 à 2023, l’élargissement de deux à quatre voies sera complété sur un tronçon de 700 mètres sur le chemin Pink, entre la rue de la Gravité et le boulevard des Grives. 

Durant la même période, la somme avancée par le fédéral et le provincial permettront de réaliser la préparation (études environnementales, plans et devis, etc.) pour la phase 2 de l’élargissement du chemin Pink — tronçon de 2,7 km entre des Grives et le chemin Vanier —, ainsi que l’élargissement du boulevard De La Vérendrye en direction ouest et son prolongement vers l’est, du boulevard Labrosse au boulevard Lorrain.

Argent attendu depuis longtemps

La députée de Hull, Maryse Gaudreault, a résumé le sentiment des élus rassemblés jeudi matin pour l’occasion se disant « très heureuse » de pouvoir « enfin » annoncer du financement pour ces travaux, notamment sur le chemin Pink. Elle soulignait que les journalistes de la région posaient régulièrement sur ce dossier, notamment lors du dévoilement des investissements prévus en infrastructures par le gouvernement du Québec.

L’appui du provincial et fédéral était nécessaire pour Pink et De La Vérendrye puisqu’il s’agit de routes qui sont sous leur responsabilité en vertu d’une entente de 1972. Comme le nombre d’intervenants au dossier peut complexifier les démarches, Québec et Ottawa ont opté pour un financement sur cinq ans. Cela devrait faciliter l’aboutissement des prochaines étapes, selon le député de Chapleau, Marc Carrière.

« Les règles du conseil du Trésor, c’est des plans de cinq ans. Suite à ça, il sera renouvelé. L’argent sera là, au rendez-vous, autant sur La Vérendrye que Pink », assure M. Carrière.

« C’est certain que lorsqu’on engage des millions de dollars pour faire des études environnementales et des plans et devis, la suite habituellement est logique », ajoute le ministre québécois des Transports et député de Pontiac, André Fortin.

Les sommes nécessaires pour la réalisation des travaux de la phase 2 sur le chemin Pink et des travaux sur De La Vérendrye ne sont pas immédiatement annoncées puisque la planification doit encore être réalisée pour ces projets. Il n’est toutefois pas exclu que les travaux commencent plus tôt que prévu dans l’échéancier préliminaire mis en place par la Ville de Gatineau qui dirige les opérations.

« Dans la partie De La Vérendrye, il y a quand même un facteur de risque plus grand à cause de la situation environnementale, avec les zones humides et rainettes, etc. [...] À ce stade-ci, c’est une planification normale d’un dossier. Si on peut couper à certains endroits, on va le faire parce qu’on est tous conscients de l’urgence d’aller rapidement », explique le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.