Le service des travaux publics de la Ville de Gatineau a proposé de faire passer de huit à six semaines la cible pour balayer les rues de la ville au printemps.

Investir plus pour balayer les rues plus vite au printemps

Confronté à une augmentation du nombre de plaintes liées au retard dans le balayage printanier des rues au cours des deux dernières années, le service des travaux publics de la Ville de Gatineau a proposé, lundi matin, de faire passer de huit à six semaines la cible pour effectuer ce travail souvent très attendu des citoyens.

La mesure qui obtient l’appui du comité exécutif dans le cadre de l’étude du budget 2020 nécessiterait un investissement annuel de 253 000 $. 

À LIRE AUSSI : Quoi faire avec les déchets ?

Dame Nature fait mal aux finances de Gatineau

L’asphalte avant le plein air urbain, prône Boudrias

En 2019, les opérations de nettoyage printanier se sont déroulées du 29 avril au 5 juillet, soit sur une période de dix semaines. Ce retard causé notamment par le prolongement de la période hivernale, ainsi que les inondations, avait mené 261 citoyens à faire une plainte au 3-1-1. Ils avaient été 258 l’année précédente à faire connaître leur mécontentement alors que l’opération s’était réalisée à l’intérieur des huit semaines prévues. 

La conseillère de Limbour, Renée Amyot, a salué la proposition du service des travaux publics qui aurait, selon elle, de nombreux avantages. « Ça nous permettra de faire le lignage des rues et l’installation des mesures d’atténuation de la vitesse plus rapidement, a-t-elle noté. C’est aussi une façon de sécuriser plus vite les déplacements des cyclistes. »

En ramenant la cible à six semaines pour exécuter le travail, Gatineau offrirait un service semblable aux autres grandes villes de la province à ce chapitre. Mme Amyot a précisé qu’une courte recherche lui a permis d’apprendre que le balayage des rues se fait généralement en quatre ou six semaines ailleurs en province. La conseillère Louise Boudrias a indiqué qu’il serait pertinent pour la Ville de prioriser les corridors scolaires et les trottoirs. 

Chaque année, les équipes municipales doivent balayer 2340 km de rues et 665 km de trottoirs. Il y a aussi 133 sites comme des stationnements publics à balayer. Une soixantaine de cols bleus sont affectés à ces opérations printanières.