Inspections d'urgence: une quarantaine d'autobus de la STO restent au garage

La Société de transport de l’Outaouais (STO) a dû annuler une centaine de voyages, vendredi, en raison d’inspections d’urgence devant être effectuées sur 57 de ses autobus.

À l’échelle québécoise, près de 600 autobus de marque Nova Bus sont ainsi immobilisés. Selon l’Association du transport urbain du Québec (ATUQ), le tout découle d’un «problème technique touchant la servodirection d’autobus hybrides livrés entre 2016 et 2019 aux neuf sociétés membres» de l’organisme.

«Pour nous, il en va de la sécurité des clients du transport collectif, a déclaré par voie de communiqué le directeur général de l’ATUQ, Marc-André Varin. Les sociétés doivent faire tout le nécessaire afin de faire respecter les règles de sécurité de la Société d’assurance automobile du Québec et immobiliser les bus problématiques devenait donc impératif.»

Le problème se trouve au niveau d’un «connecteur électrique» qui «est susceptible de prendre l’eau» et d’être victime de corrosion, a indiqué le directeur général de la STO, Marc Rousseau.

«À partir du moment où la connexion devient fragile, c’est à ce moment-là qu’il y a un danger imminent», a-t-il ajouté. Les chauffeurs doivent alors forcer pour manoeuvrer le volant de leur véhicule, qui pèse quelque 40 000 livres.

À la STO, les 57 autobus concernés représentent 17% de la flotte, qui compte 345 véhicules. Une première inspection a permis de constater des anomalies sur 42 véhicules, de sorte qu’il n’y en a que 15 qui ont pu retourner sur la route. La décision d’immobiliser des autobus a été prise «afin d’assurer la sécurité des clients, des employés et des usagers de la route», a déclaré le grand patron du transporteur public.

Avec autant d’autobus en moins, la STO a dû procéder à l’annulation de 108 voyages pour la journée de vendredi, soit 72 à l’heure de pointe du matin et 36 au retour pour le retour à la maison. Tous les circuits ont été maintenus, mais la fréquence de plusieurs trajets a dû être réduite.

«Il est important de préciser qu’aucun voyage ne sera annulé en dehors des heures de pointe et pendant la fin de semaine», a mentionné M. Rousseau.

Les sociétés de transport attendent maintenant de recevoir un «bulletin de service» de la part de Nova Bus pour connaître la marche à suivre afin de réparer les autobus. Le hic, c’est que Nova Bus n’a pas toutes les pièces nécessaires pour le faire à court terme.

«Les bus problématiques devront donc faire l’objet de travaux temporaires dans les plus brefs délais afin qu’ils puissent rapidement assurer un service normal», a fait savoir l’ATUQ.

La STO a recensé quelques incidents touchant la servodirection de ses véhicules Nova Bus, le plus récent étant survenu la semaine dernière. L’autobus a pu être rapporté au garage «sans problème», a fait savoir M. Rousseau.

Les 42 véhicules n’ayant pas pu être remis sur la route feront l’objet d’une inspection plus poussée, de sorte qu’il est possible que certains puissent reprendre la route. La STO ignore encore dans combien de temps la situation sera entièrement résorbée, mais s’attend déjà à ce que ce problème représente «un défi additionnel pour les semaines à venir».