« Il faut que les sinistrés aient accès à l'information, il faut que les rapports d'évaluation rentrent pour que les gens puissent faire des choix », estime le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Inondations: Gatineau demande à Québec de faire vite

La Ville de Gatineau demande à Québec de retarder l'implantation de son récent décret sur la reconstruction en zone inondable jusqu'à ce que les sinistrés reçoivent les rapports d'évaluation du ministère de la Sécurité publique sur les coûts des travaux à exécuter sur leurs résidences.
L'impatience grandit chez de nombreux sinistrés. Québec tarde à remettre les rapports d'évaluation qui permettront aux inondés de pouvoir faire la demande de leur permis de reconstruction auprès de la municipalité. 
Le conseiller Marc Carrière s'est vivement débattu, mardi, afin que ses collègues acceptent de mandater la Ville d'interpeller Québec. La Ville demande aussi à Québec de retirer le plafond de dommages aux résidences établies entre 50 % et 65 % de la valeur foncière pour l'autorisation des demandes d'exceptions permises dans le décret. 
« Actuellement, le jugement sur le décret est dur à porter parce qu'on n'a toujours pas les rapports d'évaluation, a noté le maire. Ça fait un degré d'incertitude qui est très dur à vivre pour les sinistrés et c'est la première chose que Québec doit corriger. Je réitère qu'il y a une urgence. Il faut que les sinistrés aient accès à l'information, il faut que les rapports d'évaluation rentrent pour que les gens puissent faire des choix. Ils sont dans le noir et ils ont l'impression d'être abandonnés. Je l'ai répété à plusieurs reprises au ministre Martin Coiteux et au député Marc Carrière. »
Le maire de Montréal, Denis Coderre, faisait exactement le même constat, mercredi matin, en demandant à Québec d'accélérer la cadence.