Le conseiller municipal du district de Masson-Angers, Marc Carrière (à droite), juge inacceptable que Gatineau n'ait «aucun projet sur la table pour protéger certaines zones résidentielles en prévision du prochain printemps».

Inondations: Marc Carrière dénonce l’«inaction» de la Ville de Gatineau

Le conseiller de Masson-Angers, Marc Carrière, s’en prend directement à l’administration municipale qui, selon lui, fait preuve d’« inaction dans la réalisation d’infrastructures qui permettraient de protéger certaines zones résidentielles d’éventuelles inondations ».

M. Carrière affirme avoir interpellé les élus municipaux et les fonctionnaires à ce sujet, mardi, alors qu’ils étaient réunis pour une session de travail à huis clos pour faire un retour sur l’inondation du printemps dernier. Il dit déplorer que le comité d’experts responsable de faire les analyses sur la faisabilité et les impacts anticipés des travaux à réaliser n’ait toujours pas été formé. 

À LIRE AUSSI: Sécurisation des zones inondables: Gatineau n'a fait aucune demande à Québec

Sécurisation des zones inondables: Gatineau n’a pas d’idée précise des travaux à réaliser

« C’est inacceptable, lance-t-il. On n’a aucun projet sur la table pour protéger certaines zones résidentielles en prévision du prochain printemps, alors que de plus petites municipalités ont déjà fait leurs devoirs en demandant les autorisations pour réaliser des travaux dans la zone d’intervention spéciale (ZIS). J’ai passé l’été en pensant que l’administration travaillait là-dessus et j’ai appris dans Le Droit à la fin du mois d’août que rien n’a encore été fait. »

M. Carrière ajoute que de plus en plus de citoyens ont l’impression que la Ville laisse les résidents de la ZIS à eux-mêmes. 

Ce dernier a déjà fait des représentations auprès des députés, du ministre Mathieu Lacombe et du cabinet du maire afin que la Ville fasse ce qu’il faut pour que les gens soient en sécurité lorsque la prochaine crue printanière surviendra. 

« Je m’explique mal pourquoi ça prend tant de temps, dit-il. Dans ce dossier, les inondés sont laissés pour contre et, au contraire, la municipalité doit être là pour les appuyer et les rassurer. Il y a un enjeu de sécurité important dont on doit tenir compte. C’est une responsabilité municipale. »

À la fin du mois d’août, Le Droit, dans une série d’articles, avait révélé que la Ville de Gatineau n’avait fait aucune demande de dérogation à la ZIS pour être en mesure d’exécuter des travaux d’infrastructures mineurs qui permettraient de protéger certaines zones résidentielles touchées par les inondations en 2017 et 2019. 

La Ville avait aussi précisé qu’elle n’avait actuellement aucune idée des travaux qui pourraient être faits sur le terrain.