Les coûts estimés pour réparer les infrastructures de la Commission de la capitale nationale (CCN) touchés par les inondations atteindront plus de 3,4 millions $.

Innondations: la facture devrait atteindre 3,4 millions $

Les coûts estimés pour réparer les infrastructures de la Commission de la capitale nationale (CCN) touchés par les inondations atteindront plus de 3,4 millions $.
Jusqu'à maintenant, 17 des 20 kilomètres de sentiers sont maintenant réouverts. Toutefois, trois sentiers très populaires auprès aux cyclistes et marcheurs sont toujours fermés et nécessitent des travaux majeurs. 
Il s'agit des pistes cyclables situés derrière le Parlement et le Musée de l'histoire à Gatineau, entre les ponts du Portage et Alexandra, de même que le sentier du Lac des Fées, dans le parc de la Gatineau.
La CCN a l'intention de réhabiliter les sentiers selon des standards plus élevés. Le processus pour la préparation des devis a déjà été amorcé en accéléré pour permettre de lancer les appels d'offres pour les trois sentiers dès l'automne. Les travaux devraient être complétés en prévision d'une réouverture au printemps 2018, a expliqué Marc Corriveau, directeur des terrains urbains de la CCN.
La place du Lac Leamy reste fermée
À la suite des inondations, la plage du lac Leamy reste fermée et sera réouverte dès que le niveau d'eau le permettra. En raison des dommages au système électrique, des génératrices alimenteront le pavillon central en électricité, mais la concession sera fermée pour l'été. 
Par ailleurs, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a profité de sa présence à la séance régulière du conseil d'administration de la CCN, jeudi, pour souligner que les inondations risquent d'avoir des impacts sur la rue Jacques-Cartier, là où la CCN est impliquée. 
Le maire a aussi remercié les citoyens d'Ottawa qui sont venus aider les Gatinois victimes des inondations, notamment en venant remplir des sacs de sable.  
Les négociations piétinent
Par ailleurs, des syndiqués travaillant pour la CCN, membres de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), ont profité de la rencontre du conseil d'administration pour distribuer un pamphlet dénonçant la lenteur des négociations en vue d'une nouvelle convention collective. Se disant « frustrés et déçus », l'équipe de négociateurs de l'AFPC a indiqué avoir déposé une plainte pour négociation de mauvaise foi à la Commission des relations de travail et de l'emploi dans le secteur public fédéral.
« Nous siégeons à la table de négociation avec la CCN depuis maintenant deux ans et six mois. Pendant ce temps, la CCN n'a pas consenti ou ne s'est pas préparée à engager avec nous des discussions importantes sur les problèmes en milieu de travail qui nous concernent », a indiqué l'équipe de négociation de l'AFPC.