Denis Tassé accuse son adversaire dans la course à la mairie de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, de vouloir procéder au «détournement» de 54 millions$ du fonds dédié aux infrastructures au profit de «projets d’améliorations».

Infrastructures: Tassé s’attaque à Action Gatineau

Denis Tassé accuse son adversaire dans la course à la mairie de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, de vouloir procéder au «détournement» de 54 millions$ du fonds dédié aux infrastructures au profit de «projets d’améliorations».

«Le chef d’Action Gatineau prévoit détourner 54 millions, dont 43,2 millions de la taxe dédiée de 2020, pour réaliser d’autres projets que ceux déjà prévus, mais il ne dit pas dans  quels projets il entend couper», a indiqué M. Tassé, vendredi, par voie de communiqué. Le candidat à la mairie poursuit en affirmant que le maire sortant compte «ainsi priver les coffres de la ville d’importantes sommes dédiées aux infrastructures alors qu’il faut incapable d’assurer la réalisation de la moitié des travaux prévus pour l’année en cours», ce qu’il juge «scandaleux».

M. Tassé demande donc à la population de «sanctionner sévèrement le maire sortant, pour sa gestion désastreuse du dossier des infrastructures».

Maxime Pedneaud-Jobin n’a pas voulu répliquer directement aux accusations de Denis Tassé, en soulignant que la réaction de ce dernier survient «cinq semaines» après le dépôt du cadre financier d’Action Gatineau. Le maire a toutefois indiqué ne pas avoir apprécié le ton du communiqué de son adversaire. 

«C’est un niveau de langage qui n’a pas sa place dans une campagne respectueuse, donc je ne commenterai pas plus que ça et je vais continuer à faire ce qu’on fait, c’est-à-dire une campagne dans le respect de nos adversaires», a commenté M. Pedneaud-Jobin.

Le cadre financier d’Action Gatineau prévoit que 500 millions$ seraient consentis à l’entretien des infrastructures au cours du prochain mandat, ce qui représente un ajout de 50 millions$. La taxe dédiée de 2020 serait «entièrement allouée au plan d’amélioration de la qualité de vie dans les quartiers». «Pour compenser, nous emprunterons les fonds nécessaires permettant de soutenir les investissements prévus», explique le parti.

Denis Tassé avait annoncé, au début du mois, son intention de suspendre la taxe dédiée aux infrastructures pendant un an, et ce afin de rattraper le retard accumulé dans les travaux.