Les maires du Québec, dont Maxime Pedneaud-Jobin et le maire de Drummondville Alexandre Cusson, s'inquiètent face aux demandes de Québec.

Infrastructures: la demande de Québec inquiète les villes

Alors que le gouvernement du Québec demande de pouvoir utiliser les milliards de dollars du fédéral dédiés aux infrastructures pour construire ses écoles et ses hôpitaux, les municipalités rappellent qu'elles ont grandement besoin de ces fonds pour refaire leurs infrastructures qui sont dans un état « lamentable ».
La demande provenant des ministres québécois Carlos Leitao et Pierre Moreau au ministre fédéral des Infrastructures, Amarjeet Sohi, a suscité une « grosse source d'inquiétude » pour les villes, jeudi, a indiqué le maire de Gatineau et président du caucus des grandes villes à l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Maxime Pedneaud-Jobin. 
Ces derniers participaient à la rencontre annuelle des ministres responsables des infrastructures à Ottawa qui vise à négocier l'utilisation qui sera faite de l'enveloppe fédérale de 81 milliards $ sur 11 ans annoncée par le gouvernement de Justin Trudeau. Les provinces, les territoires et les municipalités y étaient représentés.
« Notre grosse source d'inquiétude c'est que l'argent n'arrive pas dans les villes au bout du compte, a précisé M. Pedneaud-Jobin. Les provinces ont aussi leurs besoins, mais nous on veut que l'argent arrive chez nous, dans nos villes, pour nos infrastructures. Les provinces ont des besoins, mais nous aussi. Nos infrastructures sont dans un état lamentable. Les ministères de la Santé et de l'Éducation feront leurs représentations auprès du fédéral, mais nous, nous faisons les nôtres. »
M. Pedneaud-Jobin ajoute que les municipalités représentent le « petit joueur » dans ce débat. « Québec peut prendre l'argent ailleurs pour ses infrastructures, mais nous, si l'argent du fédéral ne vient pas pour nos infrastructures, on n'aura plus rien. Il faut clairement investir dans nos infrastructures. Nous gérons 60 % des infrastructures publiques, mais nous recevons que 8 % du budget pour le faire.
Le fédéral a déjà précisé qu'il s'engageait à financer 40 % des travaux d'infrastructures qui seront réalisés grâce à son plan. M. Pedneaud-Jobin souhaite que la contribution du municipal ne dépasse pas 20 %. «Notre message à ce niveau s'adressait plus aux provinces parce qu'elles n'ont pas encore décidé la hauteur de leur contribution. Nous préconisons un partage 40-40-20.»
M. Pedneaud-Jobin a aussi profité de sa présence à Ottawa pour interpeller le ministre Sohi, notamment sur le projet de lien rapide vers l'ouest de Gatineau. «Je lui ai dit qu'on était sérieux là-dedans et qu'on travaillait présentement sur une deuxième étude, a-t-il indiqué. Il est très ouvert parce que notre projet correspond directement à ce que le fédéral veut faire, à savoir consolider le transport en commun en zone urbanisée, lutter contre les changements climatiques et électrifier nos transports.»
Avec La Presse canadienne

Gatineau et Montréal intensifient leur collaboration

Les villes de Gatineau et Montréal s'entendent pour renforcer leur coopération dans différends domaines où ils partagent des enjeux communs, notamment en matière de tourisme et de développement économique. 
Les maires Maxime Pedneaud-Jobin et Denis Coderre ont signé une déclaration de coopération et de partenariat, jeudi, à l'hôtel de ville de Montréal. Les deux municipalités acceptent ainsi de partager leur expertise, leurs meilleures pratiques et d'entretenir un dialogue soutenu dans neuf domaines où ils rencontrent des enjeux communs.
En entrevue avec Le Droit, le maire Coderre a rappelé l'inauguration de la Maison des régions, à Montréal, il y a deux semaines. « On veut jouer un rôle de catalyseur et de facilitateur pour les régions, dit-il. De créer, à Montréal, une vitrine de ce qui se passe à Gatineau, c'est certainement une plus-value. Il y aura des possibilités de créer des marchés Montréal-Gatineau, notamment en tourisme qui est un vecteur économique important pour nos deux villes. C'est la même chose dans les technologies de l'information où nous avons une expertise comme ville intelligente. On peut arriver à des choses très concrètes. »
L'entente de partenariat entre les deux villes concerne aussi le logement, l'accueil des immigrants, les communautés autochtones, l'itinérance et la prévention de la criminalité.