C’est dans un peu plus d’un mois que le conseil municipal se prononcera sur le budget 2020 de la Ville de Gatineau. Mais, les contribuables peuvent s’attendre à une hausse de taxes de 2,1%

Hausse de taxes de 2,1 % à l’horizon pour Gatineau

Le comité exécutif et les fonctionnaires s’affairent présentement à attacher les dernières ficelles du budget 2020 de la Ville de Gatineau. Les propositions détaillées seront dévoilées publiquement dans un peu plus d’un mois, mais les contribuables peuvent déjà s’attendre à une augmentation de taxes de 2,1 %.

Il s’agit dans les faits de l’orientation avec laquelle travaille le service des finances de la Ville depuis qu’elle a été votée par le conseil municipal en 2018 et c’est la hausse de taxe qui doit être recommandée par le comité exécutif à l’ensemble des élus en novembre prochain. Il s’agirait d’une augmentation identique à celle décrétée cette année. « On travaille avec ça, c’est le mandat qu’on a eu du conseil pour 2019, 2020 et 2021 », rappelle le président du comité exécutif, Cédric Tessier.

Pour y arriver, la Ville utiliserait la même stratégie que l’an dernier, à savoir une augmentation de la taxe foncière de 1,6 %, assortie d’une augmentation de 0,5 % de la taxe dédiée aux infrastructures.

Pour financer l’autre tranche de 0,5 % de la taxe dédiée, la Ville se tournerait de nouveau vers la dette.

Cédric Tessier

Masse salariale à la hausse

Certains conseillers comme Louise Boudrias reviennent régulièrement à la charge pour demander une réduction de la masse salariale, mais ce n’est vraisemblablement pas en 2020 qu’ils auront gain de cause.

Cette idée n’a d’ailleurs jamais fédéré une majorité d’élus à la table du conseil.

C’est même plutôt le contraire puisque le comité exécutif recommandera au conseil de poursuivre l’investissement dans le plan des effectifs en 2020.

Ce plan sur trois ans amorcé l’an passé devrait à terme représenter des dépenses récurrentes supplémentaires de 3,5 millions $. Une somme de 1,5 million $ avait été prévue pour 2019 afin de faire des embauches et ajuster à la hausse le salaire des cadres. En 2020, c’est une dépense additionnelle récurrente de 1 million $ qui sera proposée au budget.

« Si des élus veulent changer cette orientation donnée par le conseil, ils pourront le faire, mais ça ne sera certainement pas une recommandation du comité exécutif, insiste M. Tessier. On entend plein d’élus lors des élections dire qu’ils veulent couper des postes sans affecter les services. Dans toute l’histoire de l’Humanité, ce genre de coupures ont toujours affecté les services à la population. Dire qu’on peut couper dans le nombre d’employés sans affecter les services c’est de la bullshit. »

Mme Boudrias soutient toutefois que certaines recommandations de l’étude approfondie du budget adoptées par le conseil en 2018 permettraient à terme de réduire la masse salariale. À ce chapitre, elle cite en exemple la révision de la charge de travail des cadres supérieurs, une refonte du modèle de prestation de services, la fusion de certains services avec la Société de transport de l’Outaouais et une amélioration de la structure informatique de la Ville.