Les contribuables gatinois n’ont pas vu une augmentation aussi limitée depuis 13 ans.

Hausse de taxes à Gatineau: «Les gens l’ont compris et acceptent»

Après des années à payer leurs infrastructures comptant plus que n’importe où ailleurs en province et à essuyer des hausses de taxes successives de 2,9 % pour soutenir la croissance de la Ville et entretenir des infrastructures négligées pendant des décennies, les Gatinois récolteront, en 2019, les fruits des efforts fiscaux imposés par leur administration municipale depuis un bon moment.

Une augmentation de taxes limitée à 2,1 %. Les contribuables gatinois n’avaient pas vu ça depuis 13 ans. Rien ne garantit toutefois qu’il faille y voir là une tendance lourde à la baisse pour les années à venir, rappelle le maire. « Ce qui est vrai cette année et qui le sera aussi l’an prochain, c’est qu’on peut faire confiance aux citoyens pour comprendre, affirme Maxime Pedneaud-Jobin. Ils ont compris pendant plusieurs années qu’on était à 2,9 %, que c’était plus élevé qu’ailleurs, mais que c’était en raison de la taxe dédiée aux infrastructures. Les gens l’ont compris et accepté. »

Mais il y a une limite au poids que la Ville peut faire porter aux contribuables d’aujourd’hui pour les erreurs des 30 dernières années et pour les infrastructures des 30 prochaines années, note le maire.

« C’est cet équilibre-là qu’on a trouvé dans ce budget et dont nous sommes fiers, ajoute-t-il. On est rigoureux depuis plusieurs années. Rigoureux par rapport à l’utilisation de notre dette et en payant nos infrastructures comptant. On vient de faire une revue en profondeur du budget. C’est ce qui fait qu’on est capable de maintenir les services et les investissements dans les infrastructures, mais en utilisant un peu plus la dette. C’est cette mécanique qui est la clé. »

Le point de TVQ

L’année qui vient sera importante pour le monde municipal. L’Union des municipalités du Québec (UMQ) souhaite avoir négocié le nouveau pacte fiscal avec le gouvernement Legault au plus tard en septembre, précise le maire Pedneaud-Jobin. Le transfert aux villes d’un point de la TVQ par le gouvernement du Québec sera au cœur des discussions municipales provinciales et pourrait bien devenir le principal point de mire du prochain budget des Gatinois.

« Ça va dépendre à quelle vitesse la décision va se prendre et à quelle vitesse le gouvernement va vouloir et sera capable d’avancer, explique M. Pedneaud-Jobin. On sent que le gouvernement a la volonté d’aller rapidement. Est-ce que dans la première année ça va vouloir dire un gain immédiat ou si c’est juste à partir de la deuxième année ? Ce que j’aimerais c’est qu’on le sache en 2019. »

Gatineau continuera, parallèlement au point de TVQ, à travailler sur d’autres mécanismes fiscaux permettant de diversifier ses revenus, assure M. Pedneaud-Jobin. En 2018, l’imposition de droits de mutation plus élevés pour les transactions dépassant 1 million $ a généré de nouveaux revenus de 2 millions $. En 2019, Gatineau imposera de manière plus vigoureuse les terrains vagues desservis par les infrastructures publiques. Une somme supplémentaire de 3,5 millions $ entrera dans les coffres de la Ville. Le plan de diversification des revenus prévoit aussi d’analyser d’autres mesures comme la taxation des stationnements dans le centre-ville, une taxe sur l’essence vendue sur son territoire et une partie des revenus des droits d’immatriculation des automobilistes gatinois.