Le président des Olympiques de Gatineau, Norm MacMillan
Le président des Olympiques de Gatineau, Norm MacMillan

Guertin: MacMillan satisfait du compromis

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Ils ont eu peur, mais les Olympiques de Gatineau ont évité le pire.

L’équipe la plus titrée de la LHJMQ devrait éviter l’expulsion de son domicile pendant les 12 prochains mois. Si tous les pions tombent en place, elle devrait être en mesure de reprendre les clés du «Vieux-Bob» en décembre ou au début du mois de janvier. Avec un peu de chance, ce pourrait même être avant.

À LIRE AUSSI: Une porte s'ouvre pour les Olympiques

À LIRE AUSSI: Brigil propose un de ses établissements

«En tout cas, nous avons de meilleures chances de réintégrer l’aréna en décembre que lundi passé. Au départ, nous étions privés de Guertin pour 12 mois. Ce sera finalement trois mois. C’est neuf mois de moins. La fin décembre, ça commence à être tard, mais au moins nous avons quelque chose sur la table pour discuter. Nous aimerions être installés pour le début du mois de décembre», a lancé le président du club, Norm MacMillan.

L’ancien politicien se disait soulagé de pouvoir sauver une partie de la prochaine saison, la dernière sur la rue Carillon avant le déménagement prévu sur le site de la Cité au début de la saison 2021-22.

«Je suis content des réactions obtenues à la suite de notre intervention. Les choses ont bougé. Nous avons reçu beaucoup d’appuis. J’ai même eu un appel avec les gens du CISSSO. La discussion s’est très bien déroulée.»


« On se dirige vers un compromis maintenant. Je pense que tout le monde va en sortir gagnant. »
Norm MacMillan

Accusé de ne pas se soucier des itinérants par le maire Maxime Pedneaud-Jobin dans toute cette histoire, Norm MacMillan a tenu à rectifier le tir.

«Dans mes interventions, j’ai parlé de trouver des solutions pour satisfaire toutes les parties depuis le début. Nous avons accepté d’ouvrir Guertin pour les itinérants à deux reprises et nous allons le faire une troisième fois. Nous allions perdre notre domicile sans être consultés. On se dirige vers un compromis maintenant. Je pense que tout le monde va en sortir gagnant. Je n’ai jamais rien dit contre le maire depuis le début. Je n’ai pas aimé me sentir attaqué.»

Il reste que si la saison de la LHJMQ commence comme prévu le 1er octobre, les Olympiques devront quand même se trouver un domicile temporaire. Même si ça débute sans spectateurs, il y aura des obstacles à surmonter.

«On pourrait s’entraîner à l’aréna Baribeau et jouer nos matches au Complexe Branchaud-Brière, mais la ligue ne veut pas qu’on se promène d’un aréna à l’autre à cause de la COVID. Il est possible que nous soyons à Baribeau pendant un bout. C’est là que nous allons tenir notre camp et probablement nos matches hors-concours. Nous aurons besoin de vestiaires, de bureaux et des chambres pour les équipes visiteuses. L’Intrépide est installé à Branchaud-Brière. Ce sont leurs installations. Pour nous, il n’y a rien de coulé dans le béton encore.»

Les Olympiques étudieraient aussi un autre site temporaire dans la région avant de pouvoir rentrer à Guertin. Il reste encore plusieurs détails à régler pour cette option. Chose certaine, les Olympiques ne déménageront pas à Trois-Rivières comme certaines rumeurs le laissaient entendre mardi.

«Nous avons entendu parler de Trois-Rivières qui pourrait nous accueillir. J’en ai été informé, mais nous n’avons pas eu de discussions avec les gens de là-bas. Notre priorité, c’est de s’installer à Gatineau pour la prochaine saison et d’y rester à vie.»

Le camp des Olympiques qui devait se mettre en branle le 26 août prochain pourrait être repoussé au 30 août. Les dirigeants de toutes les équipes de la ligue doivent justement procéder à un vote important sur le déroulement de la prochaine saison jeudi. Dans la Ligue de l’Ontario et la Ligue de l’Ouest, les débuts de saison sont prévus pour le 1er décembre.