Le projet de loi privé 227 devrait être étudié comme prévu avant la fin de la session parlementaire en cours.

Guertin: les entrepreneurs généraux interpellent Coiteux

Un important lobby dans le milieu de la construction du Québec entend intervenir directement auprès du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, pour dénoncer les façons de faire de la Ville de Gatineau dans le dossier du futur aréna Guertin, a appris Le Droit.
Les enjeux liés au projet Guertin dépassent largement la seule Ville de Gatineau et sont devenus nationaux, selon la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec (CEGQ). « Nous abordons ce dossier-là auprès du ministre Coiteux sous la lorgnette de la saine gestion des fonds publics, de la transparence et des règles d'appel d'offres, affirme le vice-président exécutif de la CEGQ, Luc Martin. Nous ne tentons pas de réinventer la roue. Nous nous appuyons sur les processus en place et reconnus pour faire notre intervention. »
Une lettre à cet effet doit être acheminée au ministre d'ici la fin de la semaine. Dans ce contexte, M. Martin a souhaité réduire au minimum ses commentaires publics. « Je vais demeurer prudent dans mes commentaires pour l'instant, dit-il. Par respect pour le ministre, nous allons attendre qu'il soit saisi de notre position. »
Le vice-président de la CEGQ mentionne toutefois que les considérations liées au dossier Guertin font émerger une problématique qui pourrait fragiliser l'ensemble des processus d'appel d'offres au Québec. « Là, ça touche nos membres, mais les précédents que ce dossier pourrait créer viendraient interférer dans n'importe quel autre marché public », soutient M. Martin.
Même si les principaux entrepreneurs généraux de la région ont adopté un profil bas depuis l'adoption du protocole d'entente entre la Ville de Gatineau et Vision multisports Outaouais (VMSO) pour la construction d'un complexe multiglaces de 104 millions $ dans le secteur de place de la Cité, en coulisses, la grogne prend de l'ampleur. Ils sont nombreux, actuellement, à redouter l'adoption du projet de loi privé qui viendrait avaliser tout le dossier, et à souhaiter une réplique musclée de la part de la CEGQ. 
Sous le couvert de l'anonymat, les intervenants contactés par Le Droit n'hésitent pas à dénoncer l'octroi sans appel d'offres par VMSO du contrat de gestionnaire de construction à la firme JPL, la même qui à l'époque avait géré du début à la fin la construction du Complexe Branchaud-Brière. Plusieurs firmes auraient souhaité avoir une chance de mettre la main sur un contrat aussi lucratif. 
Dans le dossier Guertin, a firme JPL devra toutefois lancer des appels d'offres pour octroyer la totalité des contrats qui seront payés avec les sommes investies par la Ville de Gatineau et le gouvernement du Québec.
C'est la deuxième fois que la CEGQ dénonce les façons de faire de la Ville de Gatineau dans le dossier Guertin. Elle était vivement intervenue en 2014 après que le maire Maxime Pedneaud-Jobin eut affirmé publiquement qu'il avait transféré à l'Unité permanente anticollusion (UPAC) les dossiers du premier appel d'offres dans le dossier du centre multifonctionnel. En agissant ainsi, le maire avait laissé entendre qu'il y avait de la collusion de la part des entrepreneurs généraux qui avaient soumissionné pour obtenir le contrat de construction.