Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, lors d'une visite du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, en mai 2017.

Gestion de crise: le plan devra faire une place aux politiciens

La firme indépendante Muse chargée de l’analyse de la gestion de la crise lors des inondations du printemps dernier pointe du doigt le plan d’urgence de la Ville de Gatineau qui ne faisait aucune place aux politiciens dans le cadre de son déploiement.

Le rapport d’analyse, dont Le Droit a obtenu copie, détermine que l’absence d’un rôle clair à donner au premier magistrat dans le plan d’urgence de la Ville doit être corrigée immédiatement. Le rapport sera rendu public, mardi matin, lors du comité plénier. 

Pendant la crise, le maire a mis en place une façon de faire et une structure qui n’étaient pas prévues dans les plans et processus de la Ville en souhaitant être plus proche des activités du Centre de coordination des mesures d’urgence (CCMU). La firme Muse proposera à la Ville d’incorporer cette nouvelle façon de faire à son plan d’urgence afin d’assurer une meilleure fluidité des communications entre les opérations d’urgence sur le terrain, le reste du conseil municipal et les autres partenaires politiques interpellés.

La gestion des bénévoles et les liens entre le ministère de la Sécurité publique et l’organisation régionale sont aussi identifiés comme étant des éléments nécessitant des correctifs immédiats.