Les Gatinois touchés par les inondations pourront soumettre leurs idées sur la façon d’atténuer l’impact de ces désastres.

Gatineau veut présenter les sinistrés des inondations aux scientifiques

Les Gatinois touchés par les inondations pourront soumettre leurs idées sur la façon d’atténuer l’impact de ces désastres, afin qu’un comité de scientifiques puisse examiner leurs propositions et se prononcer sur leur faisabilité.

La Ville de Gatineau a formé ce comité consultatif composé d’experts en hydrologie, de chercheurs en environnement, ainsi que de spécialistes en urbanisme et en éthique. Le groupe a accepté de se prononcer sur les avis des citoyens directement touchés par les inondations des dernières années.

L’ordre du jour n’est pas consacré à la « logistique quotidienne », comme le logement temporaire d’urgence, par exemple.

Il est dédié à ce que la science peut apporter au citoyen ordinaire.

« On forme un comité d’experts pour nous guider, dit le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Cela doit aboutir à des recommandations sur la cartographie et la vulnérabilité des secteurs. Dans le passé, poursuit-il, on a entendu les citoyens. Là, on va formaliser (leurs observations sur le terrain) et porter un jugement sur ce qu’ils disent. Lorsqu’un citoyen propose une digue à tel endroit, on veut vérifier, avec ce comité d’experts, si l’idée est réaliste. Car une digue à un endroit peut régler un problème, mais en créer d’autres ailleurs. L’eau ne connaît pas de frontière. Et les gens connaissent leur terrain, par quel endroit l’eau arrive en premier, et à quelle vitesse. »

À la suite de ces rencontres citoyennes, en décembre, le travail de rédaction d’un plan de travail servira à alimenter le gouvernement québécois.

« On le fait pour Gatineau, dit le maire, mais il faut aussi se rappeler que la situation touche nos voisins (les autres municipalités). On veut savoir quels sont les impacts de ce que nous faisons ici, chez nos voisins. Il y a une cohérence à respecter à la grandeur de la province. »

Une nouvelle cartographie des zones à risque d’inondation en Outaouais sera d’ailleurs présentée au printemps prochain.

Il ne faut pas s’attendre à recevoir un tout nouveau « mode d’emploi » dès le printemps prochain, alors que le spectre des inondations reviendra hanter les riverains.

La directrice du Module de l’aménagement du territoire et du développement économique à la Ville de Gatineau, Catherine Marchand, précise que les experts n’auront pas à se prononcer sur les coûts des inondations.

Ce chantier vise à faire le lien entre la réalité du terrain et l’aspect scientifique liés aux changements climatiques et à ses impacts sur les cours d’eau de la région.

« On veut que les citoyens comprennent ce qui nous amène à prendre certaines décisions », dit le maire.

Six experts forment le nouveau Comité consultatif en matière d’environnement et de mesures de protection des zones à risque d’inondation de la Ville de Gatineau.

Deux d’entre eux proviennent de l’Université du Québec en Outaouais.

+

RENDEZ-VOUS POUR LES SINISTRÉS

Aylmer

25 novembre, de 19 h à 21 h, au centre communautaire Ernest-Lattion, situé au 30, rue Court


Masson-Angers

27 novembre, de 19 h à 21 h, au centre de services de Masson-Angers, situé au 57, chemin de Montréal Est


Secteur Gatineau

Citoyens du quartier de la rue Hurtubise : le 3 décembre, de 19 h à 21 h, à la polyvalente Le Carrefour, située au 50, chemin de la Savane

Citoyens des quartiers du Vieux-Gatineau, de la Pointe-Gatineau et de la rue Cartier : le 4 décembre, de 19 h à 21 h, à la polyvalente Le Carrefour située au 50, chemin de la Savane