Comme on s'y attendait, MosaïCanada joue un rôle de locomotive des fêtes du 150e. Les prévisions de 800 000 spectateurs pour la saison sont passées à un million, voire 1,2 million.

Gatineau semble avoir réussi son pari

Alors que plusieurs s'imaginaient que Gatineau peinerait à suivre son illustre soeur ottavienne qui fête le 150e anniversaire de la Confédération en grandes pompes, force est de constater que la métropole de l'Outaouais a sû tirer son épingle du jeu, cet été, jusqu'à maintenant.
Le bilan de mi-saison que déposera mardi le Comité du 150e/Gatineau 2017 est passablement positif.
Pour l'ensemble de l'Outaouais, on pense que la région attirera un million de visiteurs de plus, cette année, pour passer de quatre à cinq millions de touristes, pour des retombées de près de 500 millions $, soit 100 millions $ de plus que pour une année normale. 
La locomotive des fêtes  
Comme on s'y attendait, MosaïCanada joue un rôle de locomotive des fêtes du 150e. Les prévisions de 800 000 spectateurs pour la saison sont passées à un million, voire 1,2 million. Déjà trois semaines après son ouverture officielle, le parc horticole avait attiré 300 000 marcheurs contemplatifs.
Selon des résultats préliminaires basés sur un sondage effectué à la sortie du site, 45 % des visiteurs du parc sont des touristes, les visiteurs gatinois représentent 26 % des marcheurs et ceux d'Ottawa, 29 %.
C'est donc dire qu'il y a un peu plus de visiteurs d'Ottawa que de Gatineau au parc Jacques-Cartier. Des 45% de visiteurs venant de l'extérieur de la région d'Ottawa-Gatineau, 22 % provenaient d'ailleurs au Québec, 13 % d'autres provinces canadiennes et 10 % de l'étranger. 
L'exposition verte semble donc avoir percé la bulle régionale et a réussi aussi à faire traverser le public venu à Ottawa pour les grandes festivités. Le fameux mur invisible entre le Musée canadien de l'histoire, avec plus d'un million de visiteurs par année, et le reste de Gatineau semble vouloir se laisser franchir cet été.
Les autres attractions aussi ne sont pas en reste: la première édition de la nouvelle mouture du Festival d'humour de Gatineau a accueilli 6 000 personnes en trois soirs à guichet fermé, à la place de la Cité.
Plus de 1 000 spectateurs ont déjà assisté aux représentations de la pièce de théâtre patrimoniale «Les Personnages de Légende» au Quai des artistes sur la rue Jacques-Cartier. 
À la Fonderie, près de 3 200 personnes ont visité l'exposition «À perte de vue» d'Axe Neo7. Dans ce dernier cas, les chiffres datent de jeudi de la semaine dernière. 
Dépolariser l'offre touristique
L'un des grands défis de l'équipe de Vision Centre-ville, entre autres intervenants, est d'attirer au centre-ville - et idéalement ailleurs aussi à Gatineau - les touristes qui normalement consomment toujours les mêmes attractions, notamment le Musée canadien de l'histoire et, pour cet été, les mosaïcultures. 
À cet effet, le fameux tracé rouge au sol, le Sentier culturel, visait à dépolariser cette tendance. Il est encore un peu tôt pour crier victoire, mais d'après des données recueillies par le Comité du 150e/Gatineau 2017, à différentes heures de semaine, le nombre de personnes qui suivent le tracé représente en moyenne entre 10 % et 15 % de tous les piétons, selon l'endroit où s'effectue la collecte. Ce chiffre grimpait à 35% des marcheurs sur le boulevard Montcalm, dimanche. Une corrélation entre la proportion de marcheurs et la variation du chiffre d'affaires des commerçants du centre-ville sera effectuée en fin de saison.
Autre baromètre de l'état de santé de cet été gatinois : un quart de million de pages Web du site www.gatineau2017.ca ont été vues, surtout les pages anglaises; ce qui est très intéressant.
De ce nombre, 40 % des internautes sont d'Ottawa, 20 % de Montréal, 15 % de Gatineau et 25 % d'ailleurs au pays et dans le monde. 
Et ce n'est pas terminé. Gatineau abritera d'autres attractions majeures durant la seconde portion de l'été, telles que le spectacle Volta du Cirque du Soleil, les Grands Feux du Casino édition spéciale Canada 150, la production Grease de Juste pour rire et le spectacle Envolée 150 du Festival de montgolfières.