Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau.

Gatineau s'apprête à revenir à la charge sur la TVQ

La Ville de Gatineau fourbit ses armes en vue de nouvelles revendications financières auprès du gouvernement du Québec.
Le gouvernement provincial a donné l'ordre aux villes au début des années 2000 de mettre en place un plan d'action afin d'améliorer la qualité et la performance de leurs services des incendies.
Gatineau a dépensé environ 45 millions $ afin de se conformer à ce plan, appelé schéma de couverture de risques.
«C'est un enjeu connu, mais là qu'on est capable de chiffrer parce qu'on arrive à la fin d'une étape dans laquelle on a investi des millions», affirme le maire Maxime Pedneaud-Jobin.
Ce dernier rappelle que 40% des nouvelles embauches à la Ville de Gatineau ont été accaparées par le Service des incendies et le Service de police.
«Presque la moitié des emplois qui ont été créés à la Ville de Gatineau c'est soit des policiers ou des pompiers», ajoute-t-il, spécifiant ne pas «remettre en question d'avoir une ville sécuritaire».
«Ce que je questionne, c'est que le gouvernement nous a pelleté ça, sans nous donner les revenus appropriés.»
Le maire souhaite monter un dossier démontrant que ce genre de dépenses imprévues ont des conséquences pour les villes, afin d'éviter que cela ne se reproduise.
«Si le passé est garant de l'avenir, on va se faire pelleter d'autres choses sur les épaules.»
M. Pedneaud-Jobin estime que Québec pourrait régler une partie du problème en permettant aux municipalités de toucher une part de la TVQ. Cette vieille revendication fait consensus à l'Union des municipalités du Québec (UMQ).