La pertinence de prolonger la saison de la baignade dans les piscines et pataugeoires de la Ville de Gatineau est remise en question en prévision de l’été prochain.
La pertinence de prolonger la saison de la baignade dans les piscines et pataugeoires de la Ville de Gatineau est remise en question en prévision de l’été prochain.

Gatineau réévaluera la pertinence de prolonger la saison de baignade

La pertinence de prolonger la saison de la baignade dans les piscines et pataugeoires de la Ville de Gatineau est remise en question en prévision de l’été prochain.

Alors que la saison normale de baignade dans les installations extérieures de la Ville s’étend habituellement du 22 juin au 18 août, la saison a plutôt débuté le 8 juin pour se terminer le 2 septembre au cours des deux derniers étés. La Ville avait voulu agir ainsi afin, disait-elle, de répondre aux besoins croissants en raison des périodes de chaleur précoces et tardives. Les statistiques compilées depuis deux ans démontrent toutefois que le besoin n’est pas très important.

Les piscines n’ont accueilli qu’une dizaine de baigneurs à l’heure lors des périodes de prolongement du début et de la fin de l’été. C’est la moitié de l’affluence habituelle en haute saison. Les baigneurs utilisant les pataugeoires étaient encore moins nombreux, tout comme les citoyens qui se sont déplacés à l’une ou l’autre des plages sous la surveillance de la Ville.

Le bilan brossé par la commission des loisirs, des sports et du développement communautaire, mercredi, révèle aussi que prolonger la saison de baignade amène un sérieux enjeu de main-d’œuvre. La Ville estime avoir besoin de 124 employés à temps complet lors de la période de chevauchement entre le printemps et l’été, un nombre qu’elle n’a jamais été en mesure d’atteindre.

Cela a obligé l’administration à revoir complètement les horaires de ses employés affectés aux activités de baignade, à autoriser des heures de travail supplémentaires et à opérer ses installations en personnel réduit.

Le président de la commission, Martin Lajeunesse, admet qu’une révision de l’offre est nécessaire et que le conseil aura à se prononcer à ce sujet avant l’été prochain. « La fréquentation n’est pas très élevée lors des périodes de prolongation, mais c’est surtout la difficulté à avoir tout le personnel en place qui à mon avis pose problème, a-t-il indiqué. Il faut trouver un équilibre, mais nous aurons des décisions à prendre. »

La commission recommande toutefois de maintenir la saison prolongée en août pour les piscines Bisson, Larocque et Manoir-des-Trembles. Quant aux pataugeoires, il est estimé par la commission que la saison régulière répond amplement à la demande. Il sera toutefois recommandé au conseil de prolonger la saison en juin pour les pataugeoires La Vérendrye et Front. Quant aux plages supervisées par la Ville, la commission recommande de maintenir les saisons prolongées, mais d’en faire une promotion plus intensive afin d’aviser la population de leur ouverture.