Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Gatineau publie une vidéo humoristique pour se désoler de ses salles de spectacles vides [VIDÉO]

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Ville de Gatineau a mis en ligne une vidéo humoristique dans laquelle trois «personnalités de la région» – personnages fictifs personnifiant les trois salles de spectacles administrées par la Ville – discutent à bâtons rompus de la galère pandémique à laquelle ils sont confrontés, comme s’ils étaient invités à une émission.

Au micro de l'animatrice de l'émission (fictive) Silence dans la salle, «Monsieur Basoche, Madame Despréz et l'inspecteur De L’île» partagent leur «impatience» à l’idée de recommencer leur travail de diffusion artistique.

«Dû à la sale COVID, nos salles sont vides!» se lamente ainsi M. Basoche, ici présenté comme un «gérant d’artiste audacieux». Lui qui s’enorgueillit de «favoriser l’émergence artistique» se désole fortement de ne plus pouvoir accomplir sa tache.

M. De l’Île, quant à lui présenté comme un enquêteur, vient donner quelques explications – erronées et dignes d’une fausse nouvelle – au sujet de «ces fameuses disparitions dont tout le monde parle». Il fait ici références aux «plus de 30 466 personnes» disparues de nos salles de spectacle... «Nous soupçonnons le calcium dans le tapis», indique l’enquêteur, sur un ton faussement sérieux.

Silence dans la salle

Il s’agit de la première capsule vidéo d’une série intitulée Silence dans la salle.

«Malgré la fermeture des salles de spectacles depuis bientôt un an, nous pensons sans cesse à vous [le public]. La situation se prolongeant, nous avons eu envie de créer une série de clips audio humoristiques» consacrés aux espaces  de diffusion municipaux, explique la Ville de Gatineau dans une missive électronique adressé à son «cher public».

«Nous gardons le contact»

La Ville a vu dans cette initiative vidéo une façon amusante de «garder le contact » avec les amateurs d’arts de la scène et les abonnés à sa programmation.

«Nous gardons le contact: vous serez les premiers à recevoir de nos nouvelles lorsque nous serons autorisés à vous accueillir au cabaret La Basoche, au Théâtre de l’Île et à la salle Jean-Despréz», ajoute la Ville dans le commentaire associé à la vidéo postée sur YouTube.