François Roy, coordonnateur de Logemen’occupe

Gatineau présentera un 4e règlement omnibus

Gatineau poursuit sa réforme de l’urbanisme. L’administration doit présenter, la semaine prochaine, un 4e règlement omnibus qui permettra d’éliminer une panoplie d’irritants réglementaires, cette fois liés à la construction d’immeubles et à leur insertion dans les quartiers déjà existants.

Les détails ont été présentés au comité consultatif d’urbanisme (CCU), une première fois à la fin du mois d’avril. Une première présentation devait avoir lieu devant le conseil un peu avant les vacances estivales, mais elle a été reportée.

Les nouvelles modifications toucheront particulièrement les règlements municipaux relatifs au zonage, à la construction et aux plans d’implantation et d’intégration architecturale.

L’administration tentera à nouveau de limiter les risques de cafouillage lors d’insertion de bâtiment dans un cadre déjà construit en modifiant, notamment, la règle d’insertion verticale.

Le président du CCU, Jocelyn Blondin, explique que la hauteur des bâtiments sera dorénavant calculée en hauteur précise à partir du sol, plutôt qu’en nombre d’étages comme c’est le cas actuellement. Cela permettrait de clarifier la réglementation lors de projets comme celui du 42, rue Cochrane, dans le secteur Aylmer. Bien que respectueux de la réglementation en place, cette maison, de par sa volumétrie, avait semé la grogne dans le quartier, si bien que la Ville avait été dans l’obligation de bloquer le chantier pour ensuite permettre au promoteur de terminer sa construction selon les plans approuvés.

Le cadre réglementaire pour les projets de construction dits « intégrés », comme on en voit beaucoup dans le quartier du Plateau, est aussi revu, tout comme les plans d’implantation et d’intégration architecturale en place pour ce type de quartiers.

Logements sociaux
Une bonne nouvelle attend les organismes en logements sociaux dans ce 4e omnibus. La Ville exempterait ces organismes à verser une garantie financière pour leurs projets.

M. Blondin précise que cette exigence qui a comme effet de retarder plusieurs projets de logements sociaux est dénoncée depuis longtemps par les organismes. « On veut encourager les projets de logements sociaux à Gatineau, dit-il. Il en manque beaucoup présentement. On veut que de nouveaux projets lèvent plus rapidement. »

Le coordonnateur de Logemen’occupe, François Roy, salue cette initiative de la Ville.

« La réalisation des projets est très longue, il y a souvent beaucoup d’embûches, alors tout allègement qui permettra de faciliter le travail des organismes et la construction des projets est une bonne nouvelle », dit-il.