Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les propriétaires seront libres d’adhérer ou non au programme de la Ville de Gatineau.
Les propriétaires seront libres d’adhérer ou non au programme de la Ville de Gatineau.

Gatineau offre un remède contre les refoulements d’égout

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Des propriétaires gatinois auront accès à une subvention de la Ville, dès l’an prochain, afin de mieux protéger leur maison contre les refoulements d’égout.

La Ville de Gatineau absorbera 50 % des coûts reliés au débranchement des drains de fondation qui sont reliés à un des réseaux dit «pseudo-domestique» de son territoire. Des zones plus particulièrement à risque ont été identifiées par les services municipaux. Ainsi, des quelque 30 000 résidences branchées sur un réseau pseudo-domestique, un peu plus de 1300 seront admissibles au programme de remboursement.

Les coûts d’un débranchement sont évalués à environ 8000 $ par la Ville. Le programme permettra aux propriétaires qui en feront la demande de se voir rembourser 50 % des dépenses. Aucune compensation n’est cependant prévue pour les aménagements ou installations qui pourraient être touchés par les travaux. Une somme de 6,1 millions $ provenant de l’enveloppe budgétaire pour la gestion des pluies diluviennes permettra de financer le programme d’aide.

Les propriétaires seront libres d’adhérer ou non au programme. La Ville soutient toutefois qu’une fois ce débranchement fait, il devient plus facile pour les propriétaires de faire assurer leur propriété contre les refoulements.

Nadeau s’impatiente pour Saint-Rosaire
La conseillère municipale de Pointe-Gatineau, Myriam Nadeau, était déçue d’apprendre que les résidents du secteur Saint-Rosaire qui ont vécu plusieurs épisodes de refoulement au fil des ans ne seront pas admissibles à ce programme.

La conseillère de Pointe-Gatineau, Myriam Nadeau

Ce secteur est plutôt branché sur un réseau d’égout qui combine les eaux pluviales et les eaux sanitaires. Ce qui est prévu depuis déjà plus de cinq ans est de séparer les égouts de ce secteur. Il s’agit de travaux beaucoup plus lourds et coûteux pour la Ville.

Depuis la fusion en 2002, Gatineau a séparé 42 km d’égouts combinés. Il reste encore 125 km d’égouts combinés à séparer sur le territoire de la ville. «Le problème dans Saint-Rosaire est connu depuis longtemps et tout ce qu’on peut dire à ces citoyens c’est qu’un jour on va séparer leur réseau, s’est désolé Mme Nadeau. Je comprends que Gatineau a eu son lot de catastrophes et que cela a forcé à revoir notre planification. Je n’en veux pas à personne pour le temps que ça prend, mais je veux insister pour qu’on aille au bout de notre planification et que les travaux qui doivent se faire dans ce secteur se fassent.»