Dans le canton de Potton, en Estrie, les sacs d’ordures doivent porter l’attache officielle de la municipalité pour être ramassés.

Gatineau ne réinvente pas la roue

En mettant en place un « système d’incitatifs tarifaires » pour réduire la quantité d’ordures ménagères envoyées à l’enfouissement, Gatineau emboîtera le pas à d’autres villes canadiennes ayant choisi de faire payer les citoyens qui auront trop de déchets ultimes.

Alors que bon nombre de citoyens de Gatineau n’ont pas tardé à réagir à l’annonce de l’instauration d’un tarif pour les ordures excédentaires qui seront déposées en bordure de chemin, d’autres ailleurs au pays doivent composer avec de tels systèmes depuis quelques années déjà.

La Ville de Gatineau dit s’être « inspirée des expériences vécues dans les villes de Vancouver, Markham, Beaconsfield et du canton de Potton pour établir les grandes lignes du système utilisateur-payeur » ayant été présenté mardi.

Dès la mi-juillet, les Gatinois devront se contenter d’un bac de 120 litres qui leur sera fourni pour les ordures ménagères. « Si les gens veulent rajouter des déchets à la rue, ils vont devoir acheter des sacs au coût d’environ cinq dollars, ils vont mettre ça à côté du bac et on va venir les chercher en même temps que la collecte aux deux semaines », a expliqué mardi la conseillère Maude Marquis-Bissonnette, présidente de la commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement.

Transparence totale à Markham

À Markham, au nord-est de Toronto, il est difficile pour les citoyens d’essayer de dissimuler des matières recyclables ou compostables dans les sacs à ordures. La Ville oblige en effet l’utilisation de sacs totalement transparents, sans quoi les éboueurs ne les ramasseront tout simplement pas. 

Les employés responsables de la collecte ne ramassent pas non plus les sacs où de grosses quantités de matières recyclables sont visibles.

À Vancouver et à Toronto, des autocollants doivent être achetés et apposés sur les sacs d’ordures qui excèdent la limite permise.

À Potton, un canton de quelque 1850 âmes situé en Estrie, les citoyens reçoivent gratuitement des étiquettes à poser sur leurs sacs d’ordures ménagères. S’ils dépassent les 24 étiquettes annuelles, les Potonnais doivent acheter des étiquettes supplémentaires. La municipalité « a depuis grandement amélioré sa performance en gestion des matières résiduelles », lit-on sur son site Internet.

« Nous avons étudié ce qui se fait déjà en Europe, avait indiqué en 2015 à La Tribune la responsable de l’inspection en environnement de la petite municipalité. Plusieurs villes ont adopté avec succès ce principe d’utilisateur-payeur et en fonction de la taille de Potton, nous avons opté pour la solution des étiquettes envoyées par la poste à tous les domiciles. »

POTTON (Estrie) :

Les sacs d’ordures doivent porter l’attache officielle de la municipalité pour être ramassés.

Le format des sacs d’ordures ne peut excéder 81 x 122 cm (30 x 40 po).

24 attaches par foyer sont envoyées par la poste chaque année.

Les étiquettes supplémentaires sont vendues 3$ chacune ou 10$ pour un paquet de cinq.

BEACONSFIELD :

Les propriétaires de résidences unifamiliales doivent choisir un bac d’ordures de 120, 240 ou 360 litres.

Le bac d’ordures sont munis d’un transpondeur qui enregistre chaque levée.

La tarification est établie selon la taille du bac et la fréquence des collectes, sans égard au poids.

Le système de tarification à la levée a permis à la Ville de réduire les coûts de collecte de 42%.

La tarification incitative à permis de diminuer le tonnage des ordures de 51% par habitant en trois ans.

MARKHAM :

Les sacs d’ordures ménagères doivent être transparents, sinon ils ne sont pas ramassés.

Il n’y a aucune limite au nombre de sacs d’ordures pouvant être ramassés.

Les sacs qui contiennent une grande quantité de matières recyclables ne sont pas ramassés.

Jusqu’à quatre petits sacs opaques (format épicerie) pour les déchets personnels sont permis pour chaque collecte (aux deux semaines).

VANCOUVER :

Les ordures qui ne rentrent pas dans le bac doivent être déposées dans un sac sur lequel un autocollant spécial doit être apposé.

Les autocollants coûtent 2$ (plus taxes) chacun.

Le format des sacs ne peut excéder 66 x 91 cm et leur poids ne peut dépasser 20 kg (44 lbs).

Le tarif de la collecte diffère pour chaque foyer en fonction de la taille de leur bac d’ordures.

Pour un bac de 120 litres, la collecte coûte 96$ par année. Le tarif monte à 131$/an pour un bac de 240 litres, et à 165$/an pour un bac de 360 litres.

TORONTO :

Le tarif de la collecte diffère pour chaque foyer en fonction de la taille de leur bac d’ordures.

Pour un bac de 75 litres, il en coûte 28$ par année pour la collecte. Le tarif monte à 145$/an pour 120 litres, à 347$/an pour  240 litres et à  487$/an pour un bac de 360 litres.

Les sacs pour les ordures excédentaires doivent avoir un autocollant, vendu au coût de 5,11$ chacun.