Le Domaine des flocons est à ce jour le dernier événement toujours produit à même les ressources humaines de la Ville de Gatineau.

Gatineau ne coupera pas le cordon avec le Domaine des flocons

Vivement remis en question l’année dernière, notamment par la conseillère Louise Boudrias, le rôle de coproducteur que joue la Ville de Gatineau dans Domaine des flocons sera maintenu pour le Bal de neige 2020 au parc Jacques-Cartier. Une dépense de 565 000 $ en ce sens doit être adoptée, ce mardi, par le conseil municipal.

Le maintien du rôle que joue la Ville de Gatineau dans la production du Domaine des flocons depuis plusieurs années était cependant plus qu’incertain il y a tout juste un an. Des voix s’étaient élevées au conseil municipal pour que Gatineau délègue la production de l’événement à une firme spécialisée. Le Domaine des flocons est à ce jour le dernier événement toujours produit à même les ressources humaines de la Ville de Gatineau. 

Présenté à huis clos

En octobre 2018, au moment de confirmer la participation financière de la Ville dans l’édition 2019 du Domaine des flocons, la directrice générale, Marie-Hélène Lajoie, avait fait savoir qu’une analyse approfondie des impacts du désengagement de la Ville dans la production du site allait être réalisée par une firme de consultants. Le cabinet du maire confirme que le rapport a été présenté à huis clos au comité exécutif en octobre dernier. Il renfermerait une évaluation d’un modèle d’affaires différent pour l’édition 2021 du Domaine des flocons. 

À l’automne 2016, le maire Maxime Pedneaud-Jobin avait invité Mme Boudrias à sonder l’intérêt des différentes organisations à prendre le relais si la Ville décidait de couper le cordon avec l’événement et de sous-traiter la production du Domaine des flocons. Des démarches officielles avaient aussi été entreprises par la Ville, en 2017, auprès de Patrimoine Canada  pour étudier la possibilité de sous-traiter la production de l’événement. La réception du gouvernement fédéral avait cependant été plutôt froide comme en faisait état une lettre des responsables gouvernementaux dont Le Droit avait obtenu copie. La structure financière du Bal de neige rendait la sous-traitance compliquée. Une rencontre officielle avait ensuite eu lieu afin d’éclaircir les paramètres qui permettraient à la Ville de déléguer la production du Domaine des flocons.

La conclusion avait à l’époque été que si Gatineau demeurait imputable et qu’elle demeurait seule signataire du protocole d’entente avec Patrimoine Canada, elle serait en droit de confier le mandat  de la production à une firme externe. L’an dernier, Mme Boudrias avait identifié publiquement des firmes spécialisées intéressées à prendre le relais de la Ville dans la production du Domaine des flocons.