Bien difficile d’éloigner les bernaches des plages et des parcs.

Gatineau n’arrive pas à effrayer les bernaches

La Ville de Gatineau arrête de faire peur aux bernaches pour tenter de les éloigner de ses plages. Ça ne fonctionne pas. Les oiseaux finissaient pas s’habituer aux faux cris de prédateurs utilisés pour les effaroucher, a conclu le service de l’environnement après quelques années de tentatives.

La lutte pour mieux contrôler les populations de bernaches va toutefois se poursuivre pour encore au moins deux ans. Les excréments de ces gros oiseaux migrateurs sont devenus, au cours des dernières années, un véritable enjeu pour la qualité de l’eau des plages de Gatineau. Le cas de la plage du parc Moussette, dans le secteur Hull, est particulièrement problématique.

Gatineau vient d’octroyer un contrat valide jusqu’à la fin de 2020 à la firme ExterminaPro afin de procéder à différentes mesures qui, espère la Ville, permettront de mieux contrôler les bernaches. La firme procédera à la stérilisation des oeufs de bernaches sur cinq sites lui appartenant, à savoir le parc du Lac-Beauchamp, le Théâtre de l’Île, la marina Kitchissipi, le parc Moussette et le parc des Cèdres. Elle devra aussi procéder à la destruction des nids et à la délocalisation des bernaches adultes et de leurs oisillons. L’espèce est protégée par la Loi sur les oiseaux migrateurs, mais Gatineau détient les permis nécessaires pour mener ce genre d’opération sur son territoire.

L’an passé, 16 oeufs ont été stérilisés au lac Beauchamp, et une douzaine d’autres sur le terrain du Théâtre de l’Île. Aucun nid n’a été trouvé sur les terrains appartenant à la Ville au parc Moussette et au parc des Cèdres. Le service des communications précise toutefois que beaucoup de nids ont été observés sur les terrains appartenant à la Commission de la capitale nationale (CCN), mais l’organisation, contrairement à Gatineau, n’a aucun programme de stérilisation des oeufs de bernache.

Les sauveteurs embauchés par la Ville de Gatineau pour veiller à la sécurité sur ses plages seront de nouveau mis à contribution, cet été, pour éloigner les bernaches des plages.

La porte-parole de la Ville, Bianca Paquette, explique qu’ils auront tous en leur possession un petit laser, de la grosseur d’un crayon. Quand le sauveteur sera en mesure de la faire, il est invité à pointer son laser devant les bernaches qui s’aventurent sur les plages.

«C’est une technique douce d’effarouchement qui permet de diminuer la quantité d’excréments laissés dans le sable, dit-elle. Ça fonctionne assez bien. Les oiseaux changent de place.»

Réaménagement du parc Moussette

Le service de l’environnement croit que l’aménagement du parc Moussette est en partie responsable de sa popularité auprès des bernaches.

La Ville a demandé, à l’automne 2018, à une firme privée d’évaluer la situation et de proposer un aménagement différent qui permettrait de remédier à la mauvaise qualité de l’eau causée par la trop grande présence des bernaches et de l’érosion.