Les nouvelles mises à pied seront en vigueur dès samedi.
Les nouvelles mises à pied seront en vigueur dès samedi.

Gatineau met à pied 168 employés supplémentaires

La Ville de Gatineau a annoncé, vendredi après-midi, par voie de communiqué, qu’elle mettait à pied 168 employés supplémentaires. Ces derniers, une centaine de cols blancs attitrés au service des bibliothèques et une soixantaine de cols bleus occasionnels, s’ajoutent aux 575 employés occasionnels remerciés officiellement la semaine dernière.

Les nouvelles mises à pied seront en vigueur dès samedi. La Ville précise qu’elles sont faites sur une base temporaire et que les employés visés maintiennent leur lien d’emploi avec l’organisation. Les employés seront rappelés en fonction de la reprise des activités municipales dès que les directives de la santé publique le permettront. 

La présidente du syndicat des cols blancs, Geneviève Carrier, explique que des pourparlers avec l’employeur sont engagés depuis l’annonce des fermetures afin de permettre aux employés de conserver leur rémunération en allant, sur une base volontaire, prêter main-forte dans un organisme communautaire de la région. «La Ville nous a dit aujourd’hui qu’il n’y avait pas de besoin, a indiqué Mme Carrier. Moi j’ai bien de la misère à avaler ça. La demande pour des bénévoles a explosé dans tous les organismes en lien avec les besoins alimentaires. Encore aujourd’hui, la Ville invitait ses employés, dans un message interne, à offrir de leur temps personnel dans les organismes.»

Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, a expliqué qu’une cinquantaine d’employés temps plein de la Ville sont toujours sans affectation et qu’il a été déterminé que ce sont ces employés qui seraient appelés à aller aider dans les organismes. Il précise aussi que certains organismes ont des besoins, mais qu’ils n’ont pas toujours la capacité des accueillir en raison des règles de distanciation sociale. 

Cédric Tessier

La soixantaine de cols bleus mis à pied n’aura pas d’impact sur les activités de voirie puisqu’il s’agit surtout d’employés affectés aux arénas. Le président du syndicat des cols bleus, Denis Savard, a d’ailleurs fait savoir au Droit que près de 100 % des équipes de voiries seront en activités la semaine prochaine, notamment pour les opérations de balayage des rues et le colmatage des nids-de-poule. 

M. Tessier précise que l’approvisionnement en asphalte demeure difficile, mais qu’il s’est régularisé dans les derniers jours. La semaine dernière, le maire Maxime Pedneaud-Jobin avait évoqué la possibilité de devoir cesser les activités de colmatage des nids-de-poule en raison du manque d’asphalte pour faire les travaux. 

Policiers sans salaire

Gatineau serait l’une des dix villes au Québec qui refuse de payer la totalité ou une partie du salaire de ses policiers lorsque ces derniers doivent être placés en retrait préventif parce qu’ils ont des symptômes grippaux ou parce qu’ils ont été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19. Interrogé à ce sujet, M. Tessier a affirmé qu’il n’avait pas d’information sur ce dossier, mais qu’il serait en mesure de répondre lundi. Dans une entrevue accordée à La Presse, la Fédération des policiers et policières du Québec dénonce cette façon de faire et demande une intervention du premier ministre François Legault pour que ces municipalités cessent cette pratique.