L'administration municipale recommande d'investir 637000$ entre 2019 et 2023 pour sécuriser les approches de 55 autres écoles primaires sur le territoire gatinois.

Gatineau étendra à toutes les écoles primaires son programme de sécurité

La Ville de Gatineau étendra son programme de sécurisation des corridors scolaires à l’ensemble des écoles primaires de son territoire au cours des cinq prochaines années.

Ce programme implanté en 2017 sous la forme de projet pilote auprès de dix écoles a mené à l’installation de plus de 400 panneaux de signalisation, de bollards, à du marquage de la chaussée et à la présence plus intense des radars photo à proximité des écoles. L’évaluation permet de constater que les impacts ont été plus ou moins forts selon les mesures mises en place.

Le service de l’urbanisme a recommandé, mardi, dans le cadre de l’étude du budget 2019 de la Ville de Gatineau, d’investir 637 000 $ entre 2019 et 2023 pour sécuriser les approches de 55 autres écoles primaires. 

La presque totalité de la somme est toutefois déjà réservée. Le conseil a pris la décision, l’an passé, d’investir 100 000 $ de manière récurrente étendre le plan à toutes les écoles primaires. Un montant additionnel de 38 000 $ sera à prévoir pour finaliser le programme en 2022 et 2023. Afin de réduire les risques d’accoutumance des automobilistes à la signalisation spéciale, il a été proposé de restreindre l’implantation des panneaux de corridors scolaire à un rayon de 500 mètres des écoles. Ces mesures seraient accompagnées d’un plan de déplacement scolaire pour chaque école et d’une campagne d’information. 

La mesure devrait obtenir un appui unanime de la part du conseil lors du vote sur le budget 2019. 

Le conseiller Daniel Champagne a toutefois tenu à lancer un avertissement aux parents et aux automobilistes. 

« La Ville fait sa part et dépense beaucoup pour améliorer la sécurité près des écoles, mais aujourd’hui je demande aux parents de faire leur part aussi et de contribuer à un environnement sécuritaire pour leurs enfants, a-t-il lancé. Nous faisons notre part, nous étendons cette initiative, mais les parents doivent agir en conséquence. Ceux qui se plaignent le plus de la sécurité près des écoles sont souvent ceux qui débarquent leurs enfants directement à la porte de l’école et qui contribuent ainsi à l’insécurité à proximité des écoles. Ils doivent débarquer leurs enfants à au moins 100 mètres de la porte. »