Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, était à la tête d’une délégation économique qui s’est arrêtée à Québec et à Montréal.

Gatineau est allé «construire sa crédibilité» économique à Québec et Montréal

Le maire de Gatineau et la vingtaine de membres de la délégation économique qui a pris la route mardi ne reviennent pas de Montréal et Québec avec en poche des contrats de plusieurs millions de dollars d’investissement. Ce n’était pas l’objectif, rappelle Maxime Pedneaud-Jobin. Le but était de faire connaître Gatineau, de « construire sa crédibilité » économique, et sur ce point, dit-il, c’est « un succès ».

La délégation a pu présenter les atouts de Gatineau, en personne, au premier ministre du Québec, François Legault, lors d’une rencontre tenue jeudi, en fin d’avant-midi.

Des représentants de tous les ministères à saveur économique et leur ministre ont été rencontrés, tout comme la haute direction d’Investissement Québec et celle de Montréal International.

« L’objectif premier était que toutes ces institutions de développement économique pensent systématiquement à Gatineau dans chacun de leurs dossiers, explique le maire. Malheureusement et traditionnellement, on a tendance à être méconnu. On voulait corriger ça. On est une force économique pour le Québec et on voulait que tout le monde le sache. »

La stratégie mise de l’avant par la délégation gatinoise a, semble-t-il, impressionné les différents acteurs clés rencontrés cette semaine.

« Plusieurs nous ont dit que ce qu’on faisait pendant ce voyage était exactement ce dont ils avaient besoin pour nous aider, ajoute M. Pedneaud-Jobin. C’était aussi important pour nous de construire la crédibilité de Gatineau auprès du gouvernement. Ce n’est pas tant une absence de crédibilité qu’une absence tout court qui nuisait. On nous a souvent dit qu’on ne nous connaissait pas. C’est ça qu’il fallait corriger. Les Gatinois vont voir les résultats concrets de cette mission rapidement au cours des deux prochaines années. »

Un des premiers résultats de cette mission a peut-être été obtenu en plein voyage.

L’Assemblée nationale du Québec a officiellement reconnu, mercredi, le sous-financement en santé, en enseignement supérieur et en culture, ainsi que les particularités frontalières de la région.

Tous les députés, un à un, se sont levés en Chambre pour appuyer la motion présentée par le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe.

Zone d’innovation

Le premier ministre du Québec, François Legault, a été « emballé », selon le maire Pedneaud-Jobin, par le plan de zone d’innovation qu’est en train de développer en cybersécurité la Ville, ID Gatineau et In-Sec-M.

« On a fait le point avec lui sur ce qu’on prépare et il a été emballé parce que ce qu’on propose s’inscrit directement dans les priorités du gouvernement, note le maire. Le maillage qu’on fait en cybersécurité dépasse largement les frontières de Gatineau et du Québec et le premier ministre trouve que le positionnement que ça permet au Québec grâce à Gatineau est très intéressant. »

Le concept de zone d’innovation a été annoncé par le gouvernement du Québec il y a environ un an. Il demande aux villes de déterminer un secteur d’activité jugé pertinent pour de l’innovation technologique. Une première phase du programme a permis à Gatineau d’obtenir une somme de 10 millions $ pour décontaminer des terrains dans le secteur de la Fonderie. L’endroit a déjà été identifié comme zone potentielle d’innovation sur son territoire. « Juste de voir que nos travaux de décontamination étaient déjà commencés a démontré au premier ministre qu’on veut aller vite et qu’on prend ça au sérieux », a ajouté le maire.