Le Vieux-Aylmer fait partie des quartiers touchés par la refonte du plan d’urbanisme de la Ville de Gatineau.

Gatineau donne vie à son nouveau schéma d'aménagement

Le conseil municipal de Gatineau doit adopter, la semaine prochaine, un nouveau règlement omnibus, le quatrième du genre à toucher l’urbanisme depuis 2015. La directrice du module de l’aménagement du territoire, Catherine Marchand, précise qu’il s’agit probablement du dernier exercice du genre avant 2020. Depuis l’amorce de la réforme de l’urbanisme, plus de 240 éléments réglementaires ont été modifiés afin d’éliminer de nombreux irritants découlant d’une réglementation qui n’était pas toujours parfaitement cohérente.

«Nous en avons fait beaucoup et nous n’allons pas réinvestir d’énergie là-dedans à court terme», a indiqué au Droit Mme Marchand. Cela ne veut pas dire pour autant que le travail de réforme à l’urbanisme est terminé. L’administration se lance maintenant dans la délicate opération des règles de concordance qui doit en quelque sorte donner vie au nouveau schéma d’aménagement.

Une première phase de concordance a été présentée aux élus, mardi. Elle permet essentiellement d’insérer de nouvelles normes dictées par les gouvernements provincial et fédéral dans plusieurs domaines. C’est le cas, entre autres, de la limitation de la hauteur des constructions dans les corridors d’approche de l’aéroport de Gatineau, de différentes contraintes liées à la construction domiciliaire ou commerciale à proximité d’une carrière, de liens routiers bruyants, de zones agricoles et de milieux naturels.

Par exemple, toute nouvelle construction sera interdite près d’un lien routier dans un rayon ou le bruit engendré par la circulation excède 55 décibels pendant le jour. Des mesures d’atténuation bien définies pourraient toutefois permettre leur autorisation. L’approche mise de l’avant par la Ville pour protéger et gérer les milieux naturels sur son territoire est aussi revue. «Plutôt qu’une approche fracturée, où on voyait, par exemple, un ruisseau comme un élément unique, nous aurons une approche qui permettra d’assurer la protection de la connectivité des différents environnements naturels», explique Mme Marchand.

Une seconde phase de concordance, qui sera présentée au courant de l’hiver prochain, aura des impacts à plus grande échelle, prévient la directrice de l’aménagement du territoire. L’administration présentera une toute nouvelle structure du plan d’urbanisme de la Ville qui amènera des modifications importantes pour 11 sites jugés prioritaires par l’urbanisme.

Parmi les premiers sites touchés par cette refonte majeure, il y a le Vieux-Aylmer, le secteur Eardley, la zone mixte de développement le long du boulevard des Allumettières, le secteur de la Cité et plusieurs autres noyaux urbains axés sur le réseau de transport en commun.

«Ces zones ont été choisies parce qu’elles sont des aires de consolidation ou d’expansion, note Mme Marchand. Ce sont des endroits où la pression faite par les promoteurs est forte et où il y a des gains rapides à faire en faisant respecter le nouveau schéma d’aménagement.»

Le même exercice sera fait pour le reste du territoire au courant de 2019.

La Ville de Gatineau a jusqu’au 31 décembre 2019 pour réaliser la totalité de la concordance de sa réglementation avec le nouveau schéma d’aménagement.