L'ombudsman par intérim de la Ville de Gatineau, Maryline Caron

Gatineau consulte la population pour un futur ombudsman

La Ville de Gatineau se tournera vers la population au cours des prochaines semaines pour l’aider à déterminer le modèle du futur Bureau de l’ombudsman de Gatineau (BOG).

Une première séance d’information aura lieu le 5 septembre prochain, de 18 h 30 à 21 h à la salle des Fêtes de la Maison du citoyen.

Ce sera l’occasion pour les citoyens d’obtenir toute l’information nécessaire pour une participation éclairée à la consultation publique, qui elle, est prévue le 3 octobre, dès 15 h, à la salle Jean-Desprez de la Maison du citoyen.

Cette seconde réunion permettra aux personnes ayant déposé un mémoire de le présenter verbalement si elles le désirent.

La date limite pour déposer un mémoire est le 26 septembre.

Il sera aussi possible pour les citoyens désireux de le faire de s’exprimer verbalement sur le sujet sans avoir préalablement déposé de mémoire.

Les citoyens souhaitant participer à cet exercice sont priés de s’inscrire avant le 1er octobre en téléphonant au 819-243-2345, poste 7155.

Cette démarche s’inscrit dans les étapes prévues par le comité de travail mandaté d’analyser les divers modèles d’ombudsman.

Le conseil municipal a nommé Maryline Caron comme ombudsman par intérim, en juin dernier, après que son prédécesseur et toute son équipe de commissaires eurent claqué la porte du BOG.

Ces démissions en bloc sont survenues dans la foulée du rapport de la Vérificatrice générale qui mettait à mal l’intégrité et la crédibilité de l’ombudsman. 

+

LA CUEILLETTE D'ENCOMBRANTS À MASSON-ANGERS EST TERMINÉE

L’initiative du conseiller de Masson-Angers, Marc Carrière, de recueillir les encombrants de citoyens de son district aura permis de récolter une quantité impressionnante de déchets.

Le conseiller municipal, Marc Carrière

Selon M. Carrière, l’ensemble des encombrants amassés, placés bout à bout, s’étendraient sur une distance qui équivaut à un terrain de football canadien.

« Et imaginez, ces 110 verges d’encombrants mis bout à bout ont été amassées seulement chez les citoyens qui m’ont écrit un courriel pour me donner leur adresse. Ça aurait été pire si j’étais allé au pif », soutient l’élu.

Après cette collecte improvisée, le conseiller de Masson-Angers rappelle qu’il souhaite un assouplissement des règlements quant à la gestion des déchets encombrants pour faciliter la vie des citoyens.

Il soutient qu’il faut « fournir des services de base de qualité avant de penser à imposer des changements radicaux ».