Deux mandats de perquisition ont officiellement été déposés, au cours des dernières heures, au palais de justice de Gatineau. Le premier concerne les bureaux de CIMA+ situés au 420, boulevard Maloney.

Gatineau confie pour 18 millions de travaux à Cima+

La Ville de Gatineau a confié la réalisation d'un bloc de 8 contrats d'une valeur de 18 millions à Cima+, l'une des firmes perquisitionnées récemment par le Bureau de la concurrence.        
Le gros de l'ouvrage consiste à aménager de nouveaux terrains industriels près de l'aéroport de Gatineau, une tâche considérée comme urgente par la municipalité.
Cima+ a devancé deux autres firmes lors d'un appel d'offres et touchera une somme de 2,1 millions pour ses services. Son mandat consiste à réaliser les travaux de A à Z, de la conception des plans et des études préparatoires jusqu'aux travaux de construction.
Cette façon de jumeler plusieurs contrats ensemble pour les confier ensuite à une firme de génie-conseil n'est pas courante à la Ville de Gatineau. Mais selon le maire Marc Bureau, cette procédure a déjà été employée lors de la grande vague de projets d'infrastructures financés par le programme Preco, il y a quelques années.
Le fait de regrouper certains contrats semble toutefois aller à contre-courant d'une tendance de plus en plus présente avec les révélations de la commission Charbonneau, et qui consiste à morceler les contrats pour stimuler la concurrence et s'assurer d'obtenir de meilleurs prix.
La Ville se justifie en disant que ses services sont débordés à l'heure actuelle et qu'elle n'a pas le choix de faire appel à des services externes pour faire avancer les projets plus urgents. La pénurie de terrains industriel est telle à Gatineau que la municipalité risque de se retrouver complètement à court dans deux ou trois ans si elle n'agit pas immédiatement, a fait valoir le maire Bureau.
Or pris un à un, les 8 contrats octroyés en bloc hier n'auraient pas été suffisamment alléchants pour convaincre les grandes firmes de génie-conseils de soumissionner, fait-on valoir à la Ville de Gatineau. «Ce ne sont pas des projets difficiles à réaliser, mais on a besoin de les réaliser rapidement, poursuit le maire Bureau. Il y aura quand même une supervision d'une personne à la Ville de Gatineau qui va suivre ces projets-là à toutes les semaines.»
La valeur des contrats compris dans le lot octroyé à Cima varie de 400 000 $ à 7 millions de dollars. À eux-seuls, les deux principaux contrats totalisent 13 millions. Ils consistent à aménager de nouveaux terrains industriels sur la rue Pierre-Ménard, près de l'aéroport de Gatineau. «Si on ne peut pas réaliser ces projets-là dans les deux ou trois prochaines années, c'est la Ville qui va être perdante puisqu'on n'aura plus de lots pour accueillir de nouvelles entreprises», dit le maire Bureau.