Une nouvelle politique d’attribution des heures de glace dans les arénas sera bientôt en vigueur à Gatineau.

Gatineau changera l'horaire de ses patinoires

La Ville de Gatineau est sur le point d’accoucher d’une nouvelle politique pour l’attribution des heures de glace dans ses arénas. L’administration et les élus espèrent que cette révision en profondeur entamée à l’automne 2017 permettra de calmer la grogne qui a gagné bien des parents de jeunes hockeyeurs dans les dernières années.

« Nos services veulent aller rapidement, note le président de la commission des loisirs et des sports, Martin Lajeunesse. Les demandes des associations pour les heures de glace sont déposées habituellement en avril. On veut que la nouvelle politique soit applicable à ce moment-là. Nous avons confiance de pouvoir y arriver même s’il reste encore beaucoup de pain sur la planche. »

L’actuelle politique d’attribution des heures de glace date de 2004. M. Lajeunesse admet qu’il était temps de la dépoussiérer. Des éléments de la politique, notamment les droits acquis de certaines ligues adultes, sont actuellement en analyse. Certaines ligues renouvellent leur contrat depuis 30 ans. Ces droits acquis représentent l’équivalent de 34 heures de glace par semaine réservées à des joueurs adultes, mais à des heures que lorgnent toutes les associations de hockey mineur.

« Ces droits acquis ont été conservés à la suite de commandes politiques en 2004, indique M. Lajeunesse. Il a été décidé de conserver le statu quo d’avant la fusion. Ça représente cependant des revenus de 208 000 $ par année pour la Ville. Ce n’est pas négligeable. »

Dans la cadre de la nouvelle politique, la Ville tentera de trouver un accommodement pour ces ligues adultes. « On pourrait leur garantir des heures, dans d’autres plages horaires intéressantes, tout en accommodant mieux les ligues mineures, affirme M. Lajeunesse. Ça nous aiderait à aider nos jeunes. » Plusieurs tournois bénéficient aussi de droits acquis, mais la Ville n’a pas l’intention de revoir cet élément.

Normes des fédérations

Actuellement, la Ville de Gatineau offre suffisamment d’heures de glace pour respecter les normes des fédérations sportives. Le document déposé en commission des loisirs et des sports, mercredi, laisse toutefois planer un doute pour la suite des choses. « Nous ne pouvons pas garantir le respect des normes puisque cela dépend du nombre d’heures disponibles ».

Le conseiller Lajeunesse n’a pas été en mesure d’expliquer ce constat fait par l’administration, mais il convient que cela est une indication que Gatineau peine, actuellement, avec ses vieilles infrastructures vétustes, à fournir à la demande.

Les plus grosses associations de hockey mineur, comme celle d’Aylmer, par exemple, le savent très bien. La démographie du secteur, sans cesse à la hausse, fait en sorte que ses joueurs doivent se déplacer vers les arénas du secteur Hull. Cela provoque un effet domino sur tout le territoire. « La nouvelle politique n’arrivera pas à régler tous les problèmes, avertit M. Lajeunesse. La démographie à Aylmer continuera de grossir et l’attribution des heures de glace se fait en fonction du nombre de joueurs par association. Mais notre priorité sera toujours donnée aux jeunes, ce sont eux qu’on souhaite accommoder avant tout. »

Patinage de vitesse

Les enjeux rencontrés par le club de patinage de vitesse devraient aussi trouver une réponse dans la nouvelle politique. Il n’est pas rare que les activités du club doivent changer d’endroit en raison de la disponibilité des heures de glace. « Il faut concentrer les activités de patinage de vitesse à un seul endroit, note M. Lajeunesse.

Ce club doit pouvoir s’installer à un endroit et ne plus avoir à transporter son matériel comme les bandes matelassées d’un aréna à l’autre. »