Le territoire de recherche de terrains pour une Maison des aînés à Gatineau

Future Maison des aînés: André Fortin cherche des réponses à plusieurs questions

Le territoire de recherche de terrains par le gouvernement du Québec pour une future Maison des aînés à Gatineau se limite actuellement à l’est de la ville, soit dans des secteurs représentés par des députés caquistes. Le député libéral de Pontiac, André Fortin, s’abstient de parler de partisanerie politique dans ce dossier, mais il note un « manque de transparence » de Québec.

En décembre dernier, la Société québécoise des infrastructures (SQI) indiquait être à la recherche d’un site pour un projet de Maison des aînés à Gatineau. L’organisme gouvernemental invitait toute personne à lui communiquer des renseignements au sujet de la disponibilité de terrains vacants ou comprenant un bâtiment pouvant être démoli.

Or, le territoire délimité par la SQI va du boulevard Lorrain jusqu’au secteur Masson-Angers, inclusivement, et de l’autoroute 50 jusqu’à la route 148. Il s’agit d’un secteur faisant partie des circonscriptions de Papineau, du ministre de la Famille et ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, et de Chapleau, représentée par le député Mathieu Lévesque. Rien donc pour les secteurs Hull et Aylmer représentés par des députés libéraux à l’Assemblée nationale.

La SQI tient à préciser que la démarche est un avis d’intérêt et vise à recueillir des renseignements généraux pour les différentes options qui pourraient être considérées pour le projet, et qu’elle ne constitue ni un appel d’offres ni une demande de proposition.

La SQI a indiqué que le périmètre de recherche a été déterminé par son client, le Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

Du côté du CISSSO, on s’est limité à dire qu’il y a deux scénarios à l’étude concernant le périmètre et que « des consultations auprès des acteurs de la communauté auront lieu bientôt ».

Le ministre Lacombe n’a pas accordé d’entrevue au Droit sur le sujet. Son bureau a cependant indiqué par courriel que les Maisons des aînés seront réparties selon un calcul mathématique qui prend en compte les besoins actuels de place de personnes actuellement en attente d’un lit en hébergement permanent par région, de même qu’une projection sur dix ans de l’évolution de la démographie, toujours par région.

« Nous renforçons ici qu’il n’y a aucune partisanerie dans ce dossier », a-t-on souligné au bureau de M. Lacombe.

André Fortin estime que ce qui devrait être une bonne nouvelle pour la région, soit l’ajout de places pour les aînés dans la région, « soulève énormément de questions ».

« Est-ce que le concept de la Maison des aînés qui nous avait été présenté un peu comme une révolution pour des soins aux aînés va se limiter à une seule maison en Outaouais située dans l’extrême est de la ville de Gatineau ? Est-ce qu’une seule maison des aînés peut combler l’entièreté des besoins des aînés de l’Outaouais ? Ce qui nous est présenté et ce qui devrait être d’emblée une bonne nouvelle nous laissent un peu sur notre appétit en termes d’information relative aux décisions déjà prises », a réagi le député libéral de Pontiac.

« Il serait important de comprendre comment on en est arrivé à cibler des besoins dans cette partie de la ville. Est-ce que réellement avec une Maison des aînés additionnelle dans l’extrémité est de la ville on peut prétendre combler les besoins des aînés dans les secteurs ouest de la ville, dans les secteurs ruraux de l’Outaouais ? », a continué M. Fortin.

Le Droit a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux d’expliquer la situation, mais une réponse se faisait toujours attendre mercredi soir.

Les Maisons des aînés visent à accueillir des personnes âgées en perte d’autonomie modérée qui seront accompagnées jusqu’à la perte d’autonomie majeure dans des immeubles d’une douzaine de chambres.