Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À la hauteur du boulevard des Grives, dans le Plateau, de l’autre côté du boulevard des Allumettières, la Commission de la capitale nationale est propriétaire d’un immense terrain de plus de 341 500 m2 qui se rend jusqu’aux terrains du club de golf Champlain.
À la hauteur du boulevard des Grives, dans le Plateau, de l’autre côté du boulevard des Allumettières, la Commission de la capitale nationale est propriétaire d’un immense terrain de plus de 341 500 m2 qui se rend jusqu’aux terrains du club de golf Champlain.

Futur hôpital en Outaouais: la chasse aux terrains s’ouvre à Hull et Aylmer

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La quête d’un terrain suffisamment grand pour accueillir le futur hôpital universitaire de l’Outaouais est lancée et c’est dans les secteurs Hull ou Aylmer que la nouvelle infrastructure de 600 lits sera construite.

La Société québécoise des infrastructures (SQI) a lancé jeudi un «avis d’intérêt ou demande d’information» afin de dénicher un terrain d’environ 150 000 m2 pour y ériger le futur complexe hospitalier qui réunira la quasi-totalité des spécialités médicales.

Alors que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a mentionné dans son plan clinique que le nouvel hôpital serait «probablement» dans les secteurs Hull ou Aylmer, l’avis public de la SQI écarte officiellement la possibilité qu’il soit dans le secteur Gatineau. L’avis précise que les terrains «de moins de 100 000 m2» sont exclus. Le terrain recherché devra être situé à l’extérieur d’une zone industrielle lourde et d’une zone agricole. Il ne devra pas s’agir d’un terrain enclavé et doit être desservi par des services d’aqueduc et d’égout municipaux. Les proposition doivent être soumises à la SQI au plus tard le 19 mai.

Hull?
La question qui est maintenant sur toutes les lèvres est: quels sont les terrains pouvant correspondre à ces critères? La réponse officielle doit venir vers la fin de l’année. En attendant, Le Droit a consulté quelques sources dans le milieu des affaires et de l’immobilier et a fait des recherches dans l’Atlas de Gatineau afin d’identifier quelques terrains susceptibles d’intéresser la SQI.

Afin de donner une idée de grandeur, le site qui accueille actuellement l’Hôpital de Hull et La RessourSe, qui fait 73 000 m2, serait trop petit pour les besoins futurs. Il faut éliminer dès le départ le site du Centre Robert-Guertin, qui est voué à un réaménagement complet au cours des prochaines années. Ce terrain, en plein milieu du centre-ville, revient régulièrement dans les discussions sur l’emplacement du futur hôpital. À tout juste 51 000 m2, le terrain est toutefois loin de correspondre à la superficie recherchée par Québec.

La zone industrielle et commerciale comprise entre le corridor du Rapibus et le boulevard Saint-Joseph, dans le centre-ville, qui comprend entre autres l’ancienne Aubainerie, et quelques autres terrains pourrait susciter un intérêt important. En octobre dernier, le président du Comité exécutif de la Ville de Gatineau, Cédric Tessier, lançait un appel à la réflexion quant au développement futur de cette zone considérée de plus en plus comme un anachronisme dans le centre-ville.

En réunissant et requalifiant les terrains à vocation industrielle et commerciale du secteur délimité par la rue Mangin qui longe l’autoroute 50, le boulevard Montclair et la rue Ducharme, on arrive à dégager une superficie de 110 000 m2. Évidemment, l’endroit devrait être décontaminé et plusieurs acquisitions seraient nécessaires.

Le président du Comité exécutif de la Ville de Gatineau, Cédric Tessier

Un hôpital à cet endroit aurait l’avantage d’être directement desservi par le Rapibus. L’infrastructure attirerait aussi des milliers de travailleurs chaque jour en plein coeur du centre-ville, ce qui lui confère un avantage important en matière de développement économique. Le nouveau plan d’urbanisme de la Ville de Gatineau prévoit le développement des zones axées sur le transport en commun (ZATC) à proximité du corridor du Rapibus. «C’est un site important, notait M. Tessier l’automne dernier. Il faut des réflexions sur des choses qui pourraient arriver rapidement ou dans plusieurs années.»

Aylmer?
Plus à l’ouest, un secteur apparaît à première vue comme digne d’intérêt. Il y en a peut-être d’autres qui ont échappé à notre analyse sommaire. À la hauteur du boulevard des Grives, dans le Plateau, de l’autre côté du boulevard des Allumettières, la Commission de la capitale nationale est propriétaire d’un immense terrain de plus de 341 500 m2 qui se rend jusqu’aux terrains du club de golf Champlain. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) est aussi propriétaire d’un terrain de 15 000 m2 en bordure du boulevard. Le terrain est boisé et à part des tronçons du réseau cyclable, il est non-aménagé.

Un hôpital régional situé à cet endroit bénéficierait d’un axe de transport majeur et serait à proximité de l’éventuel tramway de l’ouest. L’ensemble commercial du Plateau, appelé lui aussi à se transformer au cours des prochaines années, serait à distance de marche.

Selon le «scénario retenu» par le CISSSO dans son plan clinique, l’Hôpital de Gatineau est appelé à devenir un «hôpital communautaire» qui comptera trois étages pour des unités de santé mentale, une salle d’urgence et des services de chirurgie d’un jour. Lors de l’annonce du projet l’automne dernier, le ministre de la Santé, Christian Dubé, avait dit espérer que le nouvel hôpital soit en mesure d’accueillir ses premiers patients «bien avant 2030». La construction de cet hôpital universitaire et la réorganisation qui en découlera devraient générer un gain net de 241 lits de courte durée dans la région.