Maxime Pedneaud-Jobin, Martin Lacasse, Alain Sear et Alain Sanscartier ont procédé à la première pelletée de terre du complexe quatre glaces.

Futur Guertin: c’est maintenant bien réel

Ça y est. Maintenant c’est bien réel. Après des années d’embûches et de controverse politique, la construction du futur aréna Guertin est commencée.

La Ville de Gatineau, Vision multisports Outaouais (VMSO), les Olympiques de Gatineau et le gouvernement du Québec ont procédé, vendredi matin, à la pelletée de terre officielle du complexe quatre glaces, à place de la Cité. 

« C’est une journée importante pour Gatineau à plusieurs égards, a lancé le maire Maxime Pedneaud-Jobin visiblement très heureux de pouvoir enfin mettre ce projet de 80,3 millions $ dans la colonne des réalisations. Il y a peu de pelletées de terre qui ont été aussi attendues dans l’histoire récente de Gatineau, mais on est là, on a réussi et on peut regarder l’avenir avec enthousiasme. »

Le maire a chaleureusement remercié VMSO pour son rôle crucial dans la réalisation de ce projet. « On vous aime, je vais le dire simplement, comme ça, a-t-il lancé. Merci pour ce que vous êtes. Quand ça allait mal, une des forces principales qu’on avait, c’était votre crédibilité, votre réputation d’efficacité et d’honnêteté. »

Le président de VMSO, Alain Sanscartier, n’a pas tardé à renvoyer l’ascenseur au maire Pedneaud-Jobin lors de son discours. « Félicitations au maire et aux gens qui l’entourent, a-t-il lancé. Il a eu le courage politique de se frotter aux difficultés dans ce dossier, d’aller là où d’autres ne vont pas nécessairement. Les décisions n’ont pas toujours fait l’unanimité, mais si on est ici aujourd’hui, c’est parce que ces gens y ont cru, se sont retroussé les manches et ont eu une grande confiance envers leurs partenaires. »

« Le courage de la cohérence »

M. Pedneaud-Jobin n’a pas caché que la route menant à cette pelletée de terre n’a pas été de tout repos et que des décisions difficiles ont dû être prises pour en arriver là. Il a notamment souligné la journée du 14 juin 2015, lorsque le conseil municipal, à la majorité, a rejeté définitivement le projet de centre multifonctionnel. 

« Il aurait été plus facile de dire oui, dit-il. Mais on a dit non à un projet d’au moins 75 millions $, qui ne comprenait qu’une seule glace, financé à 100 % par de l’argent public et où la Ville assumait la totalité du risque de la construction et de la gestion. C’était un projet qui n’avait pas un appui très massif dans la communauté et dans le monde du hockey. Quand on a pris cette décision, c’était un choix dur. On a fait un choix catégorique en disant qu’il faut que le privé soit partenaire. On a eu le courage de la cohérence, on est allé au bout de notre idée et on a gardé le cap pendant des mois. »

Le maire a aussi souligné le travail effectué par le député de Chapleau, Marc Carrière, dans le dossier. « Grâce à son travail, on est allé chercher l’unanimité à l’Assemblée nationale pour le projet de loi privé, a rappelé le maire. Ce n’est pas un petit fait d’armes. »

Le projet du futur Guertin n’a pas profité d’une très bonne presse depuis dix ans, mais le maire Pedneaud-Jobin est convaincu que cela appartient maintenant au passé. « Ça va faire le même effet que la Maison de la Culture, en face, qui a aussi été construite au milieu de la controverse, a-t-il rappelé. On a vu le même phénomène avec le Centre sportif. Aujourd’hui, il n’y a plus personne qui remet ça en question. Il n’y aura plus personne dans deux ou trois ans qui va critiquer ce projet, c’est clair. »

Olympiques

Les Olympiques de Gatineau peuvent maintenant compter les mois, sinon les jours, avant de pouvoir entrer dans leur nouveau domicile. « Pour la première fois depuis bien des années, les Olympiques, l’une des concessions les plus prestigieuses au Québec, auront une maison à la hauteur de leur histoire », a signalé le maire. 

Le président des Olympiques, Martin Lacasse, a rappelé que son organisation ne sera qu’un locataire du futur complexe et que ce sont surtout les jeunes et toute la communauté qui profiteront de cette nouvelle infrastructure. « Gatineau aura une infrastructure de classe provinciale, même nationale, a-t-il affirmé. Les autres villes vont nous regarder et voudront répéter ce genre de projet chez eux. »

Le futur complexe quatre glaces doit ouvrir ses portes à l’automne 2020. L’amphithéâtre comprendra 4000 places et une trentaine de loges privées. La Ville de Gatineau y investit 37,8 millions $, le gouvernement du Québec 26,5 millions $ et VMSO, 16 millions $.

+

Les travaux ont débuté sur le site du complexe quatre glaces à Place de la Cité, à Gatineau.

VMSO S'INTÉRESSE AU PROJET DE MULTIGLACES DANS L'OUEST

Le président de Vision multisports Outaouais (VMSO), Alain Sanscartier, admet que le complexe quatre glaces à place de la Cité est un défi énorme pour son organisation, mais qui lui permet en même temps de se projeter dans l’avenir. « On va commencer par profiter du moment présent, mais il y a beaucoup de gens de défis chez nous et je ne cache pas qu’on jette un coup d’œil à d’autres projets », annonce-t-il. 

Au cours des derniers mois, VMSO a été interpellé par un projet « dans les maritimes » et un autre à Amos, dans la région de l’Abitibi. « On a été curieux, on a fait nos analyses de risque et c’est demeuré de la curiosité, explique M. Sanscartier. 

VMSO pourrait toutefois être appelé à dépasser le stade de la curiosité dans le dossier des autres glaces communautaires que souhaite faire construire la Ville de Gatineau pour remplacer ses arénas vieillissants. M. Sanscartier précise avoir répondu à l’appel d’intérêt de la Ville dans le dossier du futur complexe multiglaces dans l’ouest de la Ville. «On a eu une rencontre avec la Ville, indique le président de VMSO. La Ville va bientôt lancer un appel d’offres, on va regarder ça attentivement, faire nos analyses, et si c’est intéressant pour nous, on sera intéressé. On ne ferme aucune porte.»

Des appels du Saguenay

M. Sanscartier ajoute que son équipe a été contactée par l’organisation des Saguenéens de Chicoutimi qui souhaite aussi, avec la municipalité, se doter d’une nouvelle infrastructure. «Notre modèle d’affaires suscite leur intérêt, soutient le président de VMSO. Je ne serai pas surpris que la Ville souhaite aussi aller vers un multiglaces. Je sais qu’il y a aussi eu des discussions entre les administrations municipales de Saguenay et Gatineau.»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, n’a pas été aussi précis, mais il affirme que le modèle développé par Gatineau et VMSO attire l’attention de bien des villes au Québec, notamment en raison du partage des risques. 

Le député de Chapleau, Marc Carrière, affirme pour sa part avoir eu des discussions avec le président de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Gilles Courteau. «C’est un modèle que différentes équipes voudront regarder, dit-il. Ce qui a été fait à Gatineau va assurément servir de modèle ailleurs.»

+

VMSO N'AVAIT PAS VU VENIR LAFERRIÈRE

Le groupe de Vision multisports Outaouais (VMSO) savait très bien dans quoi il s’embarquait quand son président a interpellé la Ville de Gatineau après que le rejet du projet de centre multifonctionnel dans le centre-ville par le conseil en 2015.

Pour le président, Alain Sanscartier, il était hors de question que la communauté perde une subvention de Québec de 26,5 millions $. Une fois impliqués dans le projet, M. Sanscartier et son groupe ont pu mesurer l’ampleur de la tâche.

«On savait que c’était pour nous un défi, a-t-il dit. On n’a jamais rien sous-estimé, mais on a été pris par surprise, une fois. L’action juridique de l’ancienne conseillère Denise Laferrière, on ne l’a pas vu venir. Ça ne nous a cependant pas fait fléchir les jambes. On carbure au défi nous, et nous avons toujours été habités par la volonté d’un léguer quelque chose à la communauté. Tous les samedis, je vois ces petits bonshommes et ces filles au Complexe Branchaud-Brière. C’est ça notre récompense. Nous sommes tous des bénévoles là-dedans. Qui aurait pensé, il y a dix ans qu’un petit OBNL comme le nôtre aurait environ 150 millions $ d’actifs aujourd’hui ?»

+

UNE BOUFFÉE D'AIR FRAIS POUR LES OLYMPIQUES

Les Olympiques de Gatineau approchent la cinquantaine, mais la promesse d’un amphithéâtre tout neuf vient donner un « second souffle » à la franchise, admet le président du club de hockey, Martin Lacasse. 

« On regarde vers le futur, dit-il. L’an passé, nous avons fait une réorganisation de l’équipe […] pour être plus performants, être une jeune équipe qui va grandir et qui sera prête pour arriver dans ce nouvel amphithéâtre. » 

Le président des Olympiques admet que c’est d’abord sur la glace et au sein de l’équipe d’entraîneurs que le repositionnement du club se fait sentir, mais il ajoute qu’une nouvelle infrastructure de cette envergure est une pièce qui permet à l’ensemble du club de se rajeunir. 

Les Olympiques de Gatineau souhaitent être les hôtes du tournoi de la Coupe Mémorial lors de la saison 2021-2022. Ils fêteront leur 50e anniversaire la saison suivante.