André Fortin rappelle que la décision finale reviendra à la STO et à la Ville de Gatineau.

Fortin ne s’arrête pas aux prix

Un système rapide par bus (SRB) pour desservir la population d’Aylmer est voué à une saturation à long terme et attirerait moins de non-usagers à utiliser le transport collectif qu’un train léger. Ces deux données issues de l’étude publiée par la Société de transport de l’Outaouais (STO), vendredi, interpellent particulièrement le ministre des Transports du Québec, André Fortin.

«Quand on parle de projets majeurs d’infrastructure, d’investissements publics majeurs de la part des gouvernements, on ne peut pas penser uniquement à court terme, insiste M. Fortin. Il ne faut pas simplement s’arrêter au prix, mais il faut aussi s’assurer d’avoir un système qui sera utilisé par un maximum de personnes. Il ne faut surtout pas s’empêcher d’innover, de regarder ce qui se fait de mieux, ce qui se fait de mieux pour demain. Il ne faut pas s’attacher les mains avec un projet ou un autre avant d’avoir les résultats de la deuxième étude. Moi, je veux qu’on me présente les projets les plus ambitieux possible.»

Même si le député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, ainsi que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ont déjà fait leur lit quant au mode de transport à privilégier pour desservir l’ouest de la ville au cours des prochaines décennies, le ministre Fortin, pour sa part, se garde bien pour l’instant de prendre clairement position en faveur d’une technologie ou une autre.

Ce dernier est toutefois clair quant aux attentes qu’il a envers le prochain grand projet d’infrastructure à Gatineau. «Moi, j’ai une préférence pour un système qui est bien arrimé avec celui d’Ottawa, dit-il. Je veux un système qui prend en considération les besoins réels de la population d’aujourd’hui, mais aussi de celle de demain. On voit les projets [de transport] à Ottawa. Nous, on veut rendre la vie la plus simple possible aux citoyens. Si on veut leur éviter un maximum de correspondances et de contraintes, il faut y penser. Il faut rendre l’utilisation du transport en commun la plus simple possible. C’est d’ailleurs un critère important qui fait en sorte que les gens prennent ou ne prennent pas le transport en commun.»

Le ministre des Transports du Québec rappelle toutefois que la décision finale reviendra à la STO et à la Ville de Gatineau.