Les Gatinois sont très nombreux, plus que prévu, à vouloir jouer dans la rue en toute légalité.

Fort engouement pour le jeu dans la rue à Gatineau

Les Gatinois sont très nombreux, plus que prévu, à vouloir jouer dans la rue en toute légalité. Le projet pilote lancé par la Ville de Gatineau pour le permettre, dès cet été, dans une cinquantaine de rues, obtient un succès supérieur aux attentes.

C’est ce que confirment les premières données de l’appel de candidatures fait il y a deux semaines pour trouver les rues qui seront ciblées pour le projet pilote. En date de vendredi dernier, 346 noms de rue avaient été soumis par des citoyens ou des associations de quartier pour participer, a appris Le Droit. La moitié est située dans le secteur Gatineau. Le projet pilote prévoit cependant que seulement 50 rues seront retenues au terme de l’exercice.

« C’est fantastique, on observe un véritable engouement pour le projet, lance la conseillère Renée Amyot qui a piloté le dossier à la commission Gatineau, ville en santé. Je m’attendais à une bonne réponse de la population, mais pas à quelque chose d’aussi fort et rapide que ce à quoi on assiste en ce moment. Ça démontre qu’on a vraiment ciblé un besoin chez nos citoyens. L’intérêt pour les gens de pouvoir bouger et de pouvoir le faire plus près de chez eux et très présent. »

L’appel de candidatures demeure ouvert jusqu’au 20 mars prochain. L’administration a déterminé que le choix des rues se ferait sous la formule du « premier arrivé, premier servi », tout en demeurant « équitable » entre les différents secteurs. Même s’il y a déjà six fois plus d’intéressés qu’il y aura d’appelés, Mme Amyot encourage les citoyens à continuer de proposer des rues pour le projet. « Nous devrons réfléchir rapidement à la suite des choses, dit-elle. Nous devrons déterminer ce que nous allons faire avec cette banque de propositions. » Sans vouloir trop s’avancer, Mme Amyot croit que les rues qui ne seront pas retenues, mais qui auraient pu se qualifier, pourraient être consignées dans une liste pour les années à venir.

D’ajouter des rues aux 50 qui seront ciblées pour le projet pilote est toutefois impossible pour cet été, assure la conseillère. « Il y aura beaucoup d’indicateurs à évaluer pour juger le projet, note Mme Amyot. Si on implante le projet pilote trop rapidement dans trop de rues, ça va être difficile de pouvoir faire une bonne évaluation. »

•••

Conditions d'admissibilité pour autoriser une rue*

  • Une rue à caractère local (pas de collectrice, d'artère ou de boulevard);
  • Une rue qui ne comporte aucun circuit de transport en commun;
  • Une rue où la vitesse autorisée est de 40 km/h;
  • Une rue non située devant un parc, dans une zone scolaire ou devant un commerce;
  • Une rue offrant au minimum une zone de 100 mètres sans courbe et sans intersection. Cette zone devra être située à une distance minimale de 30 mètres de toute intersection ou courbe.

La sélection des rues sera faite selon le principe du premier arrivé, premier servi, par secteur, et à condition de répondre à tous les critères de sélection.

*Source: Ville de Gatineau