Le Festibiere d’hiver de Gatineau se poursuit samedi. Plusieurs nouvelles microbrasseries sont à découvrir cette année.

Festibière: découvertes et nouveautés au menu

La curiosité était au rendez-vous au Musée canadien de l’histoire à l’occasion de l’ouverture de la septième édition du Festibière d’hiver de Gatineau, vendredi soir.

Plus de 50 microbrasseries étaient représentées au festival et offraient leurs produits vedettes aux grands amateurs de bière artisanale.

C’est toutefois les microbrasseries du Vermont, précisément les brasseries Switchback, Idletyme, Goodwater et 14th Star, qui ont le plus attiré l’attention.

Notamment reconnues pour leurs New England IPA aux arômes fruités et très houblonnés, ces microbrasseries en étaient à leur première présence au Festibière.

« Il y a beaucoup d’engouement pour les bières du Vermont. C’est une exclusivité ! Ce n’est vraiment pas facile d’avoir des bières importées du Vermont », a souligné le directeur général du Festibière, Michael O’Farrell.

Offrir un produit rare concorde parfaitement avec le thème de la septième édition du Festibière, la découverte.

« Découverte c’est pour encore plus de variétés de bières, plus de bouffe et on découvre encore plus le musée parce qu’on a agrandi », explique Michael O’Farrell.

Alors que les huîtres ont fait fureur l’année dernière, les organisateurs de l’événement ont en effet décidé d’élargir leur menu cette année afin d’offrir davantage de pairages « bière-bouffe » au public. 

Des plats comme du tajine d’agneau, du macaroni au fromage, des grilled-cheese et des perogies ont été ajoutés à la liste des mets proposés. 

Mais malgré la grande variété de nourriture, les huîtres demeurent dans une classe à part, selon Michael O’Farrell.

« On se fait demander souvent où sont les huîtres », mentionne-t-il.

Mis à part les microbrasseries du Vermont, la brasserie du Bas-Canada en était elle aussi à sa première présence au Festibière.

« On trouve ça bien le fun parce que ça fait seulement 12 semaines qu’on est ouvert, donc il y a des gens qui n’ont pas encore eu la chance de venir nous voir, et donc ça nous donne une opportunité de se faire connaître », a lancé l’un des six copropriétaires de la microbrasserie, Mathieu D’Amour.

À l’opposé, la brasserie Gainsbourg a participé pour une septième fois, en autant d’années, au Festibière. Au cours de cette période, le copropriétaire de la microbrasserie, René Lessard, a vu bien des choses évoluer.

« Plus tu avances, plus tu ne répètes pas les mêmes erreurs et plus tu apprends. La diversité de microbrasseries est meilleure donc les consommateurs sont plus éduqués sur les bières et donc, connaissent mieux », souligne-t-il.

Cette diversité s’explique en partie grâce à l’expansion des microbrasseries au cours des sept dernières années.

« On doit parler au moins d’une centaine de microbrasseries qui ont ouvert au Québec dans les sept dernières années », affirme le directeur général de Festibière.

Le Festibière d’hiver de Gatineau se poursuit jusqu’à samedi soir au Musée canadien de l’histoire.