Éric Gaudreault, porte-parole des tenanciers du Vieux.

Fermeture des bars dans le Vieux-Hull: citoyens et tenanciers s’expriment

Des citoyens du Vieux-Hull ont encore frais dans leur tête le grabuge qui a marqué le secteur de la promenade du Portage dans les années 1990, et ils souhaitent que le statu quo demeure sur l’heure de fermeture des bars. Les tenanciers, eux, plaident que les mentalités ont changé, que la réglementation nuit au volet culturel du quartier, et ils souhaitent voir la Ville de Gatineau prolonger jusqu’à 3 h leur permis de vente d’alcool.

C’est ce qui a découlé, notamment, d’une assemblée citoyenne tenue mercredi soir par l’Association des résidents de l’île de Hull à laquelle ont participé quelque 25 personnes.

L’assemblée s’est déroulée alors que la Ville de Gatineau tient une consultation en ligne pour connaître l’opinion des citoyens sur une possible modification à la réglementation municipale. La consultation a d’ailleurs été prolongée jusqu’au 31 janvier.

Rappelons que pendant longtemps, les débits de boissons dans le Vieux-Hull fermaient leurs portes à 3 h tandis que ceux d’Ottawa les fermaient à 1 h. À la suite des nombreux épisodes de désordre dans les années 1990 alors que les Ontariens venaient terminer leur soirée du côté québécois de la rivière des Outaouais, bénéficiant de deux heures additionnelles pour trinquer, l’ancienne Ville de Hull avait décidé en 1997 d’établir à 2 h l’heure de fermeture des débits de boissons dans le centre-ville. Il y a eu harmonisation du côté de l’Ontario dans les mois qui ont suivi.

Michel Moreau, un résident de la rue Victoria, a connu les deux époques. Selon lui, c’est le jour et la nuit.

« Je n’aimerais pas revivre cette situation, a lancé M. Moreau. Je pense qu’il faut maintenir la qualité de vie des gens et aussi protéger leur portefeuille. Ça a coûté cher les bagarres sur la promenade du Portage avec les policiers qui étaient en nombre additionnel. »

Le conseiller municipal Cédric Tessier

Réglementation répressive

Le copropriétaire du bistrot Le Troquet, et porte-parole des commerçants des rues Laval et Aubry lors de la soirée, Éric Gaudreault, croit en l’importance du bien-être des citoyens du quartier, mais il affirme du même élan que la réglementation actuelle est « répressive ».

« C’est une mesure qui fait plus de mal que de bien au développement de notre centre-ville », a plaidé M. Gaudreault, qui a rappelé qu’à l’époque les autorités municipales avaient donné trop de permis de boisson « à trop de propriétaires qui n’étaient là que pour le ‘cash’, qui n’étaient là que pour remplir leur bar et vendre de la Molson ».

« C’était ça la mentalité. Ce n’est plus ça aujourd’hui », a fait valoir M. Gaudreault, qui a aussi signalé que la fermeture des bars à 2 h fait mal à l’image de la vie culturelle du Vieux-Hull puisque les musiciens doivent cesser leur prestation une heure plus tôt qu’ailleurs dans la ville et en province.

Les résidents veulent aussi garder une quiétude relative. Ils sont souvent réveillés par des clients qui retournent à leur voiture « en criant » dans les rues qui avoisinent le quartier des bars.

Jean-Pierre Couture habite dans le Vieux-Hull. Il tient à signaler que les jeunes de l’Ontario voudront à nouveau profiter des heures prolongées si une décision en ce sens devait être prise, notamment ceux de 18 ans, puisque l’âge légal pour consommer de l’alcool en Ontario est de 19 ans.

« Si les bars ajoutent une heure de plus, je présume que c’est pour la combler cette heure. Si c’est pour maintenir le bar tranquille, je ne comprends pas le sens de leur argumentation », a indiqué M. Couture.

Selon la Ville, le rétablissement à 3 h des heures d’exploitation des bars « assurerait l’harmonisation et l’équité des établissements » de l’ensemble de la Ville. Cela pourrait aussi avoir des retombées économiques découlant de l’attractivité suscitée par certains grands événements comme le Festibière, le Rendez-vous des saveurs et le Cirque du Soleil, a indiqué la Ville, un argument qu’ont rejeté des citoyens.

L’ancien conseiller municipal Claude Bonhomme était présent à l’assemblée citoyenne. Celui qui est à l’origine du « ménage » sur la promenade du Portage a appelé les citoyens opposés au prolongement des heures d’ouverture à maintenir leur combat.

Le rapport sur la consultation sera présenté au conseil municipal de Gatineau cet hiver ou au printemps. Un projet pilote pourrait découler de l’étude du dossier par les élus.