La conseillère et candidate à la mairie de Gatineau, Sylvie Goneau

Équité homme-femme: Goneau veut une politique d'ici l'automne

Une quinzaine de personnes ont répondu à l'appel lancé par la candidate à la mairie de Gatineau, Sylvie Goneau, pour l'aider à jeter les bases d'une éventuelle politique d'équité homme-femme à Gatineau.
Tous les membres du conseil municipal avaient été invités à se joindre à elle. Seule la conseillère Denise Laferrière s'est déplacée. Le candidat indépendant dans Limbour, Paul Loyer, était aussi du groupe, tout comme des représentants d'organismes communautaires et quelques citoyens. 
Les participants ont discuté pendant environ deux heures en approfondissant, en table ronde, des thèmes comme la gestion des ressources humaines à la Ville, la livraison des services municipaux et le développement, ainsi que la représentation féminine dans les instances politiques. 
«Nous n'avons pas de politique d'équité homme-femme, explique Mme Goneau. Nous n'avons aucun document qui traite de cet élément. Nous n'avons jamais eu de discussions officielles là-dessus, mais comme municipalité nous nous devons de considérer l'égalité entre les hommes et les femmes dans toutes nos activités. C'est pour ça qu'il faut écrire cette politique.»
Mme Goneau affirme avoir recueilli «des pages et des pages» de notes.  La conseillère s'affaire maintenant à mettre de l'ordre dans ces idées et à incorporer à son dossier les exemples de politiques semblables ailleurs au Québec. Elle souhaite déposer le dossier au service du greffe à temps pour que le sujet fasse l'objet d'une discussion lors du prochain conseil municipal, le 11 avril. 
«J'espère une discussion avec les collègues lors du caucus préparatoire et je serai prête à répondre à toutes les questions, indique Mme Goneau. Idéalement, l'objectif et de retourner le tout à la fonction publique municipale et aux différents comités et commissions pour que les fonctionnaires puissent nous présenter une politique d'équité homme-femme à l'automne, avant l'élection.»
Mme Goneau précise que Gatineau aurait avantage à s'inspirer de la Ville de Matane qui s'est dotée d'une telle politique qui précise que les hommes et les femmes doivent avoir les mêmes droits, les mêmes responsabilités et les mêmes possibilités. «Il faut trouver comment Gatineau peut faire mieux pour atteindre l'objectif d'équité, dit-elle. Ce n'est pas un acte féministe que je pose. C'est un acte inclusif.»
La conseillère donne en exemple la haute direction de la Ville de Gatineau. «Il y a très peu de femmes», dit-elle, admettant au passage que la directrice générale est une femme. Plusieurs postes de hauts fonctionnaires deviendront vacants dans les prochaines semaines, certains le sont déjà et attendent d'être comblés. «C'est à mon avis une belle opportunité pour faire des gains», ajoute-t-elle.