Le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Pierre Samson

Élections provinciales: la CCG fait ses demandes

Après avoir tâté le pouls de ses membres et partenaires, la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) a dressé sa liste d’épicerie auprès de tous les partis politiques en vue des élections provinciales du 1er octobre.

Parmi les priorités soulevées, l’organisation souhaite que Gatineau et la région de l’Outaouais soient définis comme zone limitrophe pour tenir compte des enjeux commerciaux, d’éducation, de santé et du développement des affaires. À cet effet, la mise en place de crédits d’impôts directement liée à la proximité de l’Ontario est réclamée. La CCG soutient aussi que «l’obtention d’une quote-part équitable des investissements faits dans différentes régions du Québec» s’avère un enjeu considérable. 

La mise en place de mesures d’allégement réglementaire et administratif pour les entreprises, par exemple en créant des programmes de subventions plus accessibles et plus encadrants pour les PME, est également souhaitée.

Alors qu’une importante pénurie de main-d’oeuvre secoue la province, la CCG propose que les programmes d’études soient adaptés en tenant compte de la réalité et des besoins de l’Outaouais, où la fonction publique accapare une grande part des emplois. Pour pallier à ce problème, on réclame aussi que soit facilitée la venue d’immigrants et qu’on reconnaisse plus facilement certaines des spécialisations de ces derniers. 

D’autre part, les gens d’affaires de la région aimeraient que les procédures auxquels sont soumis les entreprises exportatrices soient assouplis et que les les programmes d’aide à l’exportation et à la commercialisation soient bonifiés. 

La stimulation de la vitalité économique par la mobilité des citoyens en misant sur la qualité du réseau routier et du transport collectif est une autre demande de la CCG.

«Il est impératif, dans le processus, de considérer le développement des parcs immobiliers ainsi que l’interopérabilité avec le réseau d’Ottawa et des municipalités avoisinantes», dit-on.